Revue de presse : " Beyrouth défigurée, ses habitants dévastés"

Comme hier, un pays est en Une de nombreux journaux, le Liban.

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

La désolation envahit le Liban

Toujours ce même pays, ces 5 mêmes lettres, Liban.

Ces mêmes photos aussi, celles d'une ville, Beyrouth dévastée, défigurée.

Des scènes de désolation comme l'écrit la Libre qui consacre un dossier spécial a cette catastrophe.

 

Le quotidien nous propose une première estimation des dégâts, entre 3 et 5 milliards de dollars. Sans oublier les conséquences humaines.

 

Voilà qui risque de replonger le Liban dans une crise économique d'ampleur analyse le Morgen car le pays va mal.

Il est rongé par les rivalités entre les communautés religieuses.

Comme l'écrit la Libre, ces communautés tentent toutes de s'octroyer une petite parcelle de pouvoir à la tête du pays.

Et tous les moyens sont bons : détournement d'argent public, trafic d'influence.

 

Résultat, le sommet de l'État s'enrichit, la base, elle souffre.

Les Libanais se sentent abandonnés constate le quotidien.

L'État n'est plus capable de leur fournir électricité et eau potable. Avec la crise économique, des centaines de milliers de Libanais ont perdu leur emploi.  La moitié du pays vit sous le seuil de pauvreté. Les prix ont doublé, voire triplé, c'est le cas de la viande nous dit le Morgen.

Et ces prix pourraient encore grimper, pourquoi ? Parce que le Liban vit de l'importation, et là, il vient de perdre son port principal, celui de Beyrouth.

Les raisons de l’explosion

Mais comment a-t-on pu en arriver là ?

Comment un simple engrais a pu se transformer en un dangereux explosif ?

C’est la question que se pose le journal le soir. Le quotidien se penche donc sur ce fameux nitrate d’ammonium, c’est un fertilisant fort recherché par les agriculteurs.

Le problème, c’est que ce fertilisant devient dangereux quand il est chauffé de façon incontrôlée comme lors d’un incendie nous dit le Soir, à 290 degrés pour être précis. A cette température, le produit se transforme en un élément particulièrement dévastateur et Beyrouth l’a appris à ses dépens.

Alors ce matin, plusieurs journaux ont retracé le parcours de ces 2750 tonnes de nitrate d’ammonium.

Il s’agirait d’une cargaison confisquée en 2013 à un navire moldave.

A plusieurs reprises, la sûreté de l’État aurait tiré la sonnette d’alarme.

Elle aurait demandé d’expulser le produit vers un pays tiers, 6 lettres auraient été envoyées à la justice libanaise. En vain.

En attendant hier, le gouvernement libanais a réclamé l’assignation à résidence pour les responsables libanais chargés du stockage de ce produit.

 

N-VA et PS raccords sur le nucléaire

PS et N-VA seraient d’accord de prolonger nos centrales nucléaires au-delà de 2025, c’est une info de la Libre.

Le quotidien parle en tout cas d’une prolongation de ceux réacteurs, Doel 4 et Tihange 3. Reste une inconnue, la durée de cette prolongation et là la Libre évoque deux options, 10 ou 20 ans, l’accord PS & N-VA laisserait la place à ces deux options.

Voilà qui représente tout de même une surprise, car le PS a toujours défendu une sortie pour 2025.

Comme l’écrit le quotidien, fin 2019, Paul Magnette, alors formateur déclarait clairement la sortie du nucléaire sera respectée et mise en œuvre en 2025.

Alors comment expliquer ce revirement de situation, le PS ne fait aucun commentaire dit le quotidien, mais plusieurs socialistes estiment qu’il faut être réaliste. Nous n’avons pas d’autres sources suffisantes pour assurer notre approvisionnement au-delà de 2025. Oui mais même avec Doel 4 et Tihange 3 prolongée, cela reste compliqué conclut la Libre.

Elia, le gestionnaire du réseau estime qu’il faut prolonger 3 centrales et non pas 2.

Un premier jet pour préparer le confédéralisme

Dans la DH, la coprésidente écolo Raja Maouane rappelle que cette note ne dit mot sur l’urgence climatique.

Mais visiblement ce qui a tiqué, c’est plutôt le projet institutionnel, pour les Verts, cette note prépare au confédéralisme.

Et ça, ça n’est pas acceptable pour écolo et sa coprésidente. Alors ce non, pourrait-il amener un oui, un oui venu d’ailleurs du MR ?

Les libéraux sont en tout cas devenus incontournables suite au refus des verts analyse la Libre.

Même si pour l’instant, aucune réunion entre N-VA, PS et MR n’est prévue.

Mais une chose est claire, les libéraux voudront donner quelques accents bleus à cette note des préformateurs.

Comme les écolos qui voulaient y ajouter un peu de vert, mais visiblement, Magnette et de Wever ne seraient pas forcément prêts à sortir les crayons de couleur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK