Revue de presse : 5 à 9000 personnes devraient quitter quotidiennement Kaboul

L’aide belge partie en Afghanistan est en Une de la presse néerlandophone. Il s’agit de 3 avions-cargos censés évacuer quelques 500 personnes.

La Belgique envoie son premier avion en Afghanistan

 

Le premier vol est prévu aujourd’hui titre le Belang van Limburg.

Objectif : évacuer Kaboul, mais les chances de succès sont incertaines poursuit le Morgen car tout le pays est aux mains des talibans.

Il n’est pas certain que nos compatriotes, leurs familles et les Afghans qui auront droit à l’aide belge puissent rejoindre l’aéroport de Kaboul sains et saufs.

Et le quotidien poursuit, sur place, les témoignages montrent que c’est le chaos : scènes de violences, contrôles d’identité, refus de passage.

Le trajet vers l’aéroport est effrayant et délicat confirme le Standaard. Le quotidien ajoute que même au sein de l’aéroport c’est difficile.

Il est aux mains des Américains ce sont eux qui décident de qui peut atterrir et de qui peut décoller, et les demandes sont nombreuses.

Résultat : chaque vol dispose de 30 minutes pour embarquer et décoller explique le Standaard. Cela signifie que tout le monde ne pourra partir tout de suite.

5 à 9000 personnes devraient quitter quotidiennement Kaboul

 

Mais des Belges sont déjà rentrés. C’est ce qu’annonce la Gazet Van Antwerpen.

17 compatriotes sauvés de Kaboul, le Standaard et le Morgen parlent eux de 16 Belges.

Ils auraient pris un vol néerlandais, voilà qui démontre le chaos sur place analyse le Standaard.

Et ce n’est pas terminé, selon le Pentagone, 5 à 9000 personnes devraient quitter Kaboul quotidiennement dans les jours à venir.

Et la préférence risque d’être accordée aux Américains explique le quotidien.

Soit environ 11.000 ressortissants, ajoutez à cela les 19.000 Afghans qui ont aidé les Américains, cela fait environ 90.000 personnes. Une évacuation massive alors que les doutes sur la bonne volonté des talibans grandissent poursuit le journal.

Le Standaard évoque des premiers crimes, la photo est dure : à droite de l’image, un enfant ensanglanté, les yeux révulsés dans les bras d’un homme.

En Une du Morgen, une femme blessée, évacuée, ces images, ce sont celles du correspondant du Los Angeles Times.

Il annonce que les talibans ont ouvert le feu sur la foule devant l’aéroport, bilan provisoire : 2 décès et 12 blessés.

Les pompiers inquiets du manque de moyens

 

Au nord du pays, la Libre revient sur les incendies qui touchent toute l’Europe.

Et se pose une question, est-ce possible chez nous ? Le risque est a priori limité dit d’emblée le spécialiste interrogé par le quotidien. Il va faire plus sec les prochaines années, mais on est encore loin du climat Méditerranée.

Ceci dit, le risque n’est pas nul non plus poursuit l’expert, il est faible. Les pompiers sont d’accord, poursuit la Libre.

Qui plus est, le personnel est formé, des officiers vont régulièrement apprendre aux côtés de pompiers français rompus à ce genre d’exercice.

Mais ce qui inquiète les hommes du feu, c’est encore une fois, le manque de personnel et de moyens. Les pompiers sont clairs, si l’on a de plus en plus d’inondations, si on commence à avoir des feux de forêts. Ils ne pourront pas y faire face correctement.

Ils n’ont ni les effectifs, ni le matériel nécessaire et puis, il y a la chaîne décisionnelle est très complexe et ça, on a vu lors des inondations que ça n’allait pas.

Les pompiers lancent donc un appel au monde politique, il faut des moyens et il faut simplifier les institutions. L’occasion de remettre une proposition en avant, la régionalisation des zones de secours.

 

La lourde facture des tests covid

 

On termine avec le Covid-19 et les tests de dépistage qui ont déjà coûté 838 millions d’euros aux autorités. C’est ce que rapportent l’Echo et le Tijd.

La facture est plus salée que l’an dernier car il y a eu 11 millions de tests supplémentaires en 2021. Pour y faire face, l’INAMI a triplé son budget, 608 millions d’euros contre 230 l’an dernier.

Une somme qui devra donc couvrir les dépenses liées aux tests PCR et rapides, mais attention, seulement ceux qui sont remboursés.

Les autres, les tests payants comme ceux requis pour partir en vacances, ça, c’est à la charge du citoyen.

Le Covid qui est en Une de Sudpresse, le CODECO de demain, ce sera l’assouplissement général annonce le quotidien.

Fin de la bulle à domicile, fin des limitations horaires dans l’HORECA, c’est fait ? Non ? Restons prudents, il faudra attendre demain pour le savoir.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK