Revue de presse : "446 jours après les élections, les négociations stagnent toujours"

La politique est en Une de nombreux quotidiens, et malheureusementon semble encore bien loin d’un accord de gouvernement.

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

446 jours après les élections, rien n’a avancé

Les négociations pour former un gouvernement fédéral stagnent.

Les écolos et les libéraux ont envoyé le duo " De Wever – Magnette" sur les roses.

Résultat, 446 jours après les élections, rien ne va plus. C’est l’analyse du journal le Soir.

Les verts et les bleus ont donc dit non aux 5 partis prêts à former un gouvernement donc PS, N-VA, sp.a, cdH et Cd&V.

Mes verts et les bleus refusent donc d’intégrer la bulle de 5.

On a donc trouvé des personnes qui ont compris le concept de bulle qui respectent les directives du CNS. Tout fini par arriver !

Plus sérieusement, ce refus commun est simple à expliquer. Comme l’écrit l’Echo, Vert et bleus s’opposent au projet institutionnel de Magnette et De Wever.

Ils disent non à cette réforme, réforme de l’état qui déstructure notre pays explique le journal.

La Belgique deviendrait une coquille vide ajoute la Libre qui résume ainsi la lettre commune des familles libérales et écologistes.

Une réforme qui dérange

Mais pourquoi cette réforme dérange autant ? Difficile à dire, comme l'explique la Libre, on ne connait pas les détails du projet, juste quelques bribes.

Visiblement l'idée principale serait de régionaliser toute une série de compétence.

Et puis, un gros dossier épineux ferait son retour : BHV.

Selon la Libre, les informateurs plancheraient sur un projet de scission définitive de l'arrondissement judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

Tout cela dérange donc les écolos et les libéraux.

Des craintes partiellement partagées par le CDH qui accepte pourtant de négocier. Son président, Maxime Prévot se défend dans l'Écho.
Il n'a jamais entendu parler des pistes que l'on vient d'évoquer.

Lui, il dit oui à une 7eme réforme de l'état, mais pas n'importe comment. C'est pour ça qu'il veut négocier avec les préformateurs.

Quoiqu'il en soit, le Standaard y voit la une énième chance pour la Vivaldi.

Cette coalition sans la N-VA mais avec les libéraux, les chrétiens démocrates les socialistes et écologistes. 

La Vivaldi pourrait revenir d'entre les morts titre le quotidien néerlandophone.

Mais pour ça, il faut que la mission de De Wever et de Magnette prenne fin, mais les informateurs sont très clairs. Ce refus ne les perturbe pas dit le Standaard.

Ils rencontrent les libéraux aujourd'hui, puis le roi lundi pour un nouveau rapport. C'est donc un flop pour le duo.

 

L’échec des soldes

Les magasins cherchent désespérément leurs clients, les soldes sont un flop cette année, c’est ce que nous dit la DH.

Nous sommes à la mi-parcours précise le quotidien.

Et comparé à l’an dernier, les ventes sont 40% plus faibles, 3 raisons à cela.

Un, la crainte du virus, la peur de fréquenter des lieux publics confinés.

Deux, les règles sanitaires, port du masque obligatoire, shopping seul durant maximum 30 minutes par magasin. C’est décourageant pour les clients comme le dit d’ailleurs une maman interrogée par le quotidien. Faire son shopping seul ça retire tout le plaisir, pas possible de flâner en famille ni de demander des conseils.

Enfin, la canicule. Avec de telles chaleurs, on est mieux au frais à la maison ou en terrasse.

 

Où sont passés les touristes à Bruxelles ?

Le secteur touristique bruxellois aussi passe un été maussade. Le secteur touristique à Bruxelles boit la tasse écrit le Soir.

La chute de fréquentationest lourde et douloureuse écrit le quotidien.

La faute à qui ? Au Covid évidemment. Le Soir a contacté les principaux sites touristiques de la capitale. Du côté de l’Atomium par exemple, on avait tablé sur 20% de fréquentation, on est en dessous explique le directeur du site.

4 fois moins de visiteurs.

Pour mini-Europe, les chiffres d’entrée sont donc malheureusement à l’échelle des maquettes : minuscules.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK