La revue de presse : électrochoc ? Des mots pour le moins maladroits

Et pour commencer, la presse envoie ses félicitations aux Belges, pour Franck Vandenbroucke, il faudra repasser par contre.

Bravo les Belges !

Pas juste à nous, des félicitations adressées à tous... Du genre, bravo les Belges !

Grâce à une approche stricte, nous revoici parmi les meilleurs d'Europe.

C'est le Laatste Nieuws qui l'écrit en Une. La politique de lutte dure contre le Covid porte enfin ses fruits. En 5 semaines, nous sommes passés de la 31e place ( bouuuuh ) à la 9e ( cocorico.) Avec derrière nous, plusieurs de nos voisins notamment, la France, le Royaume Uni et les Pays Bas, respectivement 15, 16 et 17e.

Un électrochoc qui passe mal

La bonne nouvelle ne vient pas seule. Nous sommes mardi et c'est donc le jour officiel de réouverture des commerces non-essentiels.

Une réouverture sans électro-choc, titre l'Avenir, en référence au propos du Ministre Frank Vandenbroeck.

Le ministre de la Santé, ce week-end, a confié que la fermeture des commerces a surtout visé à provoquer chez les citoyens un électrochoc...

L'Union des Classes moyennes épingle ses propos.

C'est maladroit.

C'est scandaleux et c'est surtout une très mauvaise manière de faire adhérer la population aux mesures de prudence sanitaires, dit encore l'UCM.

Cette communication du ministre elle provoque beaucoup de commentaires. A commencer par celui de l'Avenir, c'était un électrochoc, eh bien, nous voilà au courant.

Non, sérieusement, ce n'est pas bien futé, juge l'Avenir, d'aller expliquer cela à la VRT, de confier que le but durant ces semaines de fermeture était de ramener le petit peuple au bercail. Juste une stratégie qui ne se préoccupe ni des faillites ni des drames humains.

Une communication qui fâche tous azimuts

Parce qu’ils existent, ces drames. Ce matin l’Echo présente des chiffres douloureux. Le secteur non alimentaire a perdu la moitié de ces revenus.

51% chiffre le quotidien, en s’appuyant sur une enquête de la BNB.

Ah, cette communication du professeur Vandenbroucke, elle fâche tous azimuts, note la Libre.

Est-il conscient – le ministre – que son cynisme torpille l’adhésion de chacun mais aussi la crédibilité de toutes les autres décisions ?

Pour le Soir, l’édito est un long soupir.

Parce que, constate le quotidien, on n’a pas même tenu un mois, pas une semaine complète, non. Après le Comité de Concertation, ils n’auront même pas tenu 3 jours avant de se chamailler.

On nous demande, à nous, citoyens, d’être une équipe de 11 millions de Belges, et eux, n’arrivent même pas à aligner 13 ministres unis.

Il y a de quoi soupirer, c’est vrai, le Standaard, lui, constate que c’est surtout le MR qui cible le ministre de la Santé.

En Une, ce matin, du Soir, on lit d’ailleurs que les libéraux francophones veulent un Comité de Concertation pour la mi-décembre.

Il serait question-là de discuter là des bulles de contacts pour les fêtes de fin d’année.

Pour la Libre, qu’il y ait un débat, politique, scientifique. C’est bien normal. Mais lorsque les décisions sont prises, lorsque des décisions radicales sont adoptées, alors un gouvernement se doit de les assumer d’une seule voix. Il faut, dans le climat actuel, de la clarté, oui, mais surtout de la cohérence.

Chaque ville a son plan de réouverture des commerces

Bon, mais l'actualité, ce matin, c'est la réouverture des commerces... Comment ça va se passer?

Ah, un peu différemment à chaque endroit, c'est le Morgen qui l'annonce.

Chaque ville a son plan. Et par conséquent, mieux vaut bien se renseigner avant de partir faire ses emplettes. La règle, c'est faire ses courses seul. Maximum pendant 30 minutes. Après, la mise en oeuvre dans les commerces eux-mêmes, ça, ça dépendra concrètement de chaque commune. Certaines mettent en place des sens de circulation dans les rues commerçantes. D'autres fonctionneront avec un système de comptage.

Gand, la ville de Gand va monitorer ses clients via les données de télécom', c'est ce matin le Tijd qui l'explique en Une. Bref, mieux vaut se renseigner avant d'aller shopper.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK