Avocats.be : "On n'enferme pas un enfant. Point"

Avocats.be : « On n’enferme pas un enfant. Point »
Avocats.be : « On n’enferme pas un enfant. Point » - © Tous droits réservés

On n’enferme pas un enfant. Point ". C’est avec ce message comme fer de lance qu’Avocats.be et que quinze associations vont devant le Conseil d’Etat pour dénoncer l’enfermement des familles avec enfants. Dans Au bout du jour, Eddy Caekelberghs a rencontré Jean-Pierre Buyle, le président d’Avocats.be.

Depuis le 11 août 2018, un nouvel arrêté règle les conditions d’enfermement des familles en séjour irrégulier en Belgique. Les conséquences de cette décision, c’est l’enfermement de familles avec enfants dans des centres fermés comme celui de Steenokkerzeel. Pour Jean-Pierre Buyle, c’est une situation qui est tout simplement inadmissible :

"Dans quelle société vit-on pour enfermer des enfants qui n’ont rien fait, et à qui on ne reproche rien si ce n’est un problème administratif de leurs parents ? La Belgique ne respecte pas ses engagements nationaux et internationaux. Il est question de respect, et de ne pas être soumis à un traitement inhumain ou dégradant. Pour l’instant, le bâtiment du centre fermé 127bis de Steenokkerzeel ne garantit pas un traitement digne pour les enfants qui y sont. Parmi les quatre enfants qui sont enfermés pour le moment, le plus petit a un an, et le plus âgé a six ans. Cela nous interpelle".

"La Belgique revient en arrière"

Le président d’Avocat.be tient à signaler que ce n’est pas la première fois que la Belgique adopte cette politique. Il regrette qu’on revienne en arrière, alors que des solutions avaient été mises en place : 

"C’est un retour en arrière colossal. Depuis 1998 et jusque 2009, la Belgique a enfermé des milliers d’enfants dans des centres fermés, ce qui a ému à l’époque la société civile. La Belgique a été condamnée à trois reprises pour violation des libertés fondamentales et des principes les plus élémentaires. A ce moment-là, la Belgique s’est reprise en main, et le secrétaire d’Etat à l’asile et à la migration, Melchior Wathelet, a décidé de créer des centres ouverts aménagés dans des anciennes gendarmeries un peu partout en Belgique". 

Pour réécouter l’intégralité de cet entretien :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK