Y a-t-il encore une majorité pour sortir du nucléaire en 2025? 

La sortie du nucléaire en 2025 est-elle vraiment réaliste ? Ce week-end, le ministre de l’Intérieur CD&V, Peter De Crem semblait en douter : "Tous les indicateurs montrent que la consommation d’électricité augmentera dans les années qui viennent". Il faudra donc une prolongation des réacteurs nucléaires encore actifs dans notre pays. Pour en débattre, Damien Ernst, professeur en électromécanique à l’ULiège et Michel de Lamotte, député cdH sont les invités de Soir Première.

Pour Damien Ernst, l’horizon 2025 est possible à atteindre d’un point de vue technique. " Il faut voter assez rapidement cette loi de soutien aux centrales au gaz, puisqu’il faudra du gaz pour remplacer le nucléaire. Cette loi n’est pas encore votée. Cette loi va devoir être validée par l’Europe. C’est un mécanisme de subside à une industrie donc l’Europe va devoir donner son aval. Il faudra ensuite des arrêtés d’exécution de cette loi. Ensuite, un appel d’offre pur des centrales aux gaz pour enfin les construire. En allant vite, on pourrait être prêts en 2025 ".

Plus personne ne se bat

D’accord pour l’aspect technique. Ce qui semble coincé semble donc politique pour l’universitaire. " On constate depuis la chute du gouvernement fédéral que plus personne ne se bat pour une fermeture des centrales nucléaire en 2025 et donc pour soutenir ce texte de loi, tant au niveau de la majorité que de l’opposition ". Selon son analyse, la ministre de l’Environnement et de l’Energie est à présent seule à porter ce projet. " Sans voter ce texte de loi, on devra de facto voter un prolongement de la sortie du nucléaire ". Si ce n’est pas voté avant la fin de la législature, il sera trop tard, atteste-t-il.

Le cdH demande du volontarisme

Du côté du cdH, on se défend de vouloir freiner le projet. Le député Michel de Lamotte confirme la volonté de son parti de voter le texte. Il dit attendre d’avoir consulté les conditions du projet. " On va en discuter. Notre objectif est de se mettre dans les conditions suffisantes pour sortir du nucléaire en 2025. La ministre ne s’est pas pressée. Son projet n’est passé au gouvernement en affaires courantes que début janvier. On attend les conditions émises par le Conseil d’état, demain (mardi 12 février ndlr.). Nous voulons que la ministre de l’Environnement soit volontariste ".

Du nucléaire pour du gaz

Mais l’enjeu de la sortie urgente du nucléaire en cache un autre : celle de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans cette mesure, remplacer des centrales nucléaires par des centrales au gaz n’est-il pas une façon de coincer la Belgique entre deux ambitions ? Michel de Lamotte ne nie pas l’effet autrement néfaste des centrales au gaz, mais " nous sommes dans une période de transition ", dit-il. " Nous sommes donc entre deux scénarios et ces centrales gaz pourraient aussi entrer dans des réserves stratégiques ‘en attendant que’, aussi ".

Prolonger jusque 2035

Pour Damien Ersnt, le meilleur " coup à jouer " serait de prolonger les centrales nucléaires en attendant la technologie qui permettrait le 100% renouvelable. " Cela nous porterait à 2035 100% renouvelable ", c’est réalisable et cela évite de passer par la case centrales gaz, argumente-t-il, " mais il faut bosser ". Qu’en pense Michel de Lamotte ? En ce qui concerne le cdH, il semble que le projet tel qu’il est sur la table reste privilégié.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK