Italie: un an seulement après les élections, le désamour au pouvoir

Il y a un an, l’Italie votait pour deux partis populistes et souverainistes : le Mouvement 5 étoiles, et la Ligue. C'était le 4 mars 2018. Mais qu’en est-il aujourd’hui, un an plus tard ? Dans Soir première, Nicolas Vandenschrick en discute avec Valérie Dupont, correspondante RTBF à Rome.

 

Le Mouvement 5 étoiles est-il toujours au firmament politique italien ? 

D'abord, on rappelle que Rome est en pleine crise politique? Et ce qui crée la discorde au gouvernement, c'est la liaison TGV entre Lyon et Turin. "Il n’est d’ailleurs pas impossible que le gouvernement vive ses dernières heures", précise Valérie Dupont. Une situation épineuse qui pourrait conduire à de nouvelles élections dans quelques mois. Des élections qui promettraient un résultat bien différent que celui de 2018. Si on se base sur les derniers sondages réalisés en Italie, on peut d’ailleurs conclure que les Mouvement 5 étoiles est la grande déception des Italiens. "Pour les 32% des voix que le parti populiste avait récolté il y a un an, la première formation du pays est tombée à 21% d’intentions de votes. Il y a donc beaucoup de déçus.Des déçus qui ne semblent pourtant pas partir pourtant du côté de l’opposition, puisque c’est désormais la Ligue qui récolte les lauriers. Si en 2018 le parti avait séduit 17% des voix, la Ligue convainc maintenant 34% des Italiens votants, et devient donc le premier parti du pays, largement devant le mouvement 5 étoiles.

 

Comment s’explique cette perte de succès ?

Ce qui avait séduit les Italiens dans le Mouvement 5 étoiles l’année dernière, c’est le renouveau politique qu’il incarnait, et son image de parti non-corrompu. "Mais la population s’est vite rendu compte du manque de compétences réelles des ministres placés au gouvernement pas le Mouvement 5 étoiles. Un manque de capacités politiques dans les négociations, dans leurs méthodes de gestionnaires, dans les décisions prises dans les ministères, …" Et puis, régulièrement, le Mouvement 5 étoiles est à la traîne derrière Matteo Salvini, le chef de la Ligue. "Matteo Salvini, est animal politique qui sent très vite où va le vent. Par exemple, quand il ferme les ports italiens aux bateaux qui transportent les migrants, ça ne coûte rien à l’économie italienne, il respecte l’une de ses promesses électorales et il se présente comme l’homme fort au pouvoir. Pour le Mouvement 5 étoiles, c’est beaucoup plus difficile." Et son électorat le sent, et manifeste colère et déception.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK