Soir Première: Macron est-il surtout "ni de gauche" ?

Le président français le promettait lorsqu’il était candidat : il n’est ni de gauche, ni de droite. Il est les deux. Mais un an après le début de son mandat, certains en doutent. L’économiste Etienne de Callataÿ et le journaliste Hugues Le Paige en ont débattu dans Soir Première.

Hugues Le Paige n’hésite pas à affirmer d’emblée : "Il n’est ni de gauche, ni de gauche". Cela dit, il rappelle que cela dépend ce qu’on définit comme la gauche. Pour lui, l’appartenance à la gauche se traduit avant tout par la volonté de réduire les inégalités. "Or si on voit la politique économique d’Emmanuel Macron, les ordonnances ont abouti à une précarisation du travail. Il a mis en place une série de mesures qui sont clairement identifiées comme des mesures de droite : la suppression de l’impôt sur la fortune, la suppression des emplois aidés, la diminution de l’aide au logement, etc. Et j’irais même plus loin: je pense que depuis 30 ans, aucun gouvernement de droite n’avait osé prendre les mesures qui lui a osé prendre maintenant".

Sur ce point, l’économiste Etienne Callataÿ rejoint en partie le journaliste : "Sur le plan socio-économique, ce que l’on a vu de Macron, ce sont des mesures habituellement étiquetées de droite ". Néanmoins, il tient à tempérer : " Il faut se demander ce que les partis de gauche modérée faisaient jusqu’il y a peu quand ils étaient encore au pouvoir. A ce moment-là, on voit que ce que fait Macron n’est pas une rupture complète".

Le président français ferait donc partie, selon lui, de cette gauche modérée qui a glissé vers la droite.

Face à cette analyse, Hugues Le Paige parait sceptique. Il partage le point de vue qu’il y a une continuité entre la politique de François Hollande et d’Emmanuel Macron, mais pour lui, "ce n’est pas parce que la gauche n’est plus de gauche et qu’elle a adopté une politique libérale, qu’il n’est pas de droite".

Pour réécouter l'intégralité du débat de Soir Première :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK