Didier Reynders demande au gouvernement wallon d'arrêter les ventes d'armes vers l'Arabie Saoudite

Dans Soir Première, Arnaud Ruyssen a décidé d’inviter chaque soir, pendant trois semaines, un candidat ou une candidate aux élections du 26 mai prochain. Chacun doit répondre à des questions posées par des acteurs de la société civile. Ce jeudi, c’est à Didier Reynders, actuel ministre des Affaires étrangères et de la Défense, et tête de liste à la Chambre pour Bruxelles, de se prêter au jeu.

Durant l’émission, Didier Reynders a eu l’occasion de s’exprimer sur une actualité qui fait débat ces derniers jours : la vente d’armes wallonnes à l’Arabie Saoudite. Alors qu’en 2017, il répétait qu’il était favorable à un embargo, quelle est sa position aujourd’hui, sachant que c’est à présent son collègue Willy Borsus (MR) qui a les compétences en matière de vente d’armes pour la région wallonne ?

« C’est vrai qu’il y a un débat à Liège, que je connais bien, entre l’emploi des 15 000 travailleurs de la FN, et les difficultés que l’on rencontre avec certains acheteurs comme l’Arabie Saoudite en matière de droits de l’homme. Personnellement, j’ai proposé à chaque fois aux régions qu’on aille vers un embargo. Je plaide aussi pour un embargo européen, j’ai fait des démarches pour cela. Et j’ai demandé aux régions d’avancer en ce sens, quel que soit le ministre président ».

Pour lui, la décision du gouvernement wallon doit être claire : « Je crois qu’il serait bon qu’on suspende les contrats de livraison d’armes à l’Arabie Saoudite. On peut le faire, c’est prévu par les contrats. Ça n’a pas été fait par les gouvernements précédents, mais j’espère que cela sera fait par le gouvernement wallon actuel ».

Didier Reynders est donc sans équivoque sur la question. Reste maintenant à voir si son collègue de parti Willy Borsus ira également en ce sens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK