Pierre Defraigne sur le fonctionnement de l'Europe: "Le projet initial est obsolète"

Pierre Defraigne : "Le projet initial européen est obsolète"
Pierre Defraigne : "Le projet initial européen est obsolète" - © Tous droits réservés

Le quartier Schuman est bouclé : nos dirigeants européens sont réunis ce jeudi et vendredi pour un sommet européen axé principalement sur la question migratoire. Un thème qui pour beaucoup va peser sur l’avenir de l’Union européenne. Pierre Defraigne est actuellement le directeur exécutif du Centre Madariaga – Collège d’Europe. Il a expliqué son point de vue sur la situation dans Soir Première.

Pour Pierre Defraigne, il est certain que ce sommet va marquer un changement de trajectoire pour l’Europe : "Soit on se satisfait d’un compromis a minima qui sauve les apparences, ce qui est une tradition quand les choses sont trop compliquées, soit on a une véritable crise avec des pays qui s’excluent d’eux-mêmes du jeu communautaire en refusant leur part du fardeau sur la question des réfugiés. En fait, dans les deux cas, on aura un changement profond dans l’orientation de l’Europe".

Le rôle de l’Allemagne, affaiblie

L’enjeu de cette discussion se trouve aussi dans le fait que certains rapports de force sont peut-être en train d’évoluer. Aujourd’hui, on constate que l’Allemagne, qui est ou était le symbole de la stabilité, est fragilisée dans son propre camp : "Il est clair que l'on trouve des populistes à l'intérieur du parti de madame Merkel, explique Pierre Defraigne. La CSU fait campagne en Bavière pour garder sa majorité absolue au parlement régional à l'automne. C’est pour ça qu’elle a adressé un ultimatum à la chancelière, pour qu’elle fasse machine arrière sur la question des réfugiés. Mais en plus d’être sous la pression de la Bavière sur cette question, elle est aussi sous la pression de la France pour avancer sur l'euro.  Elle est amenée à faire des concessions sur deux plans, sans pouvoir espérer beaucoup en retour. Ça rend le jeu, y compris à l'intérieur du tandem franco-allemand, extraordinairement serré ".

Le projet initial de l’Europe est obsolète

Finalement, ne s’approche-t-on pas d’une remise en cause plus globale du système européen ? En tout cas, selon Pierre Defraigne, il y a effectivement une réflexion plus générale à tenir sur le fonctionnement actuel de l’Europe : "Pour moi, il est clair depuis longtemps que le projet initial est obsolète. Il a été conçu dans un temps de guerre froide, avec six puis douze pays. Aujourd'hui, on est dans un monde multipolaire : on a une Amérique qui fait sécession, une Chine qui monte en puissance, une Russie qui est agressive… Le système économique et social est en crise. Le contexte implique une capacité d'action beaucoup plus forte de l'Europe, et donc une gouvernance de la zone euro, un resserrement sur la question des frontières et de la gestion de l'immigration au dehors et au dedans, et puis une percée sur la défense. Ce sont les trois sujets qui doivent amener l'Europe à se reconstituer, mais probablement elle ne le fera pas à 27".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK