Manuel Abramowicz: "Ce n'est pas une lutte contre l'antisémitisme qu'il faut, mais une lutte globale contre le racisme"

Manuel Abramowicz: "Ce n'est pas une lutte contre l'antisémitisme qu'il faut, mais une lutte globale contre le racisme"
Manuel Abramowicz: "Ce n'est pas une lutte contre l'antisémitisme qu'il faut, mais une lutte globale contre le racisme" - © Tous droits réservés

La remise du titre de docteur honoris causa à Ken Loach a secoué la sphère politique et médiatique cette semaine. Sans revenir sur les détails de la polémique, Soir Première s’est intéressé à la notion d’antisémitisme. Est-il en recrudescence aujourd’hui ? Tentative de réponse avec Manuel Abramowicz, coordinateur du journal résistances.be, et auteur d'un ouvrage sur l'extrême droite et l'antisémitisme chez nous, de 1945 à nos jours.

D’emblée, le constat est clair. Les chiffres démontrent que l’antisémitisme est toujours bel et bien présent. "Il suffit de consulter les chiffres et les rapports annuels de l’Unia, par exemple, l'organisme interfédéral de lutte contre les discriminations et le racisme, ou même du MRAX. Ils confirment que cet antisémitisme est toujours présent en Belgique et surtout à l'étranger".

Manuel Abramovicz fait référence aux actes de violence commis dernièrement hors de nos frontières envers des personnes juives : "Nous avons vu, effectivement, les meurtres de personnes juives, et assassinées en tant que juifs, en France. Donc l’antisémitisme s'exprime de manière extrêmement violente".


Quelles solutions ?

Faut-il plus de protection aux alentours des lieux de cultes, par exemple, proche des synagogues ou des écoles juives ? Pour Manuel Abramowicz, c’est surtout du côté de l’éducation qu’il faut faire des efforts : "Le devoir de mémoire se fait, notamment, avec l'association les Territoires de la Mémoire, en communauté française. Je pense que l'aspect éducatif est bel et bien important sur le plan de la lutte sur le long terme".

Une éducation qui, l’auteur le rappelle, doit lutter d’ailleurs contre toute forme de racisme : "Ce n'est pas une lutte contre l'antisémitisme qui est nécessaire, mais une lutte globale contre le racisme, en général, dans notre société. Chaque type de racisme alimente un autre type de racisme. Donc, je pense vraiment que la solution n'est pas de se centrer sur la lutte exclusivement de l'antisémitisme, mais de la présence autour, de manière systématique et importante, des discours racistes, identitaires, nationalistes, dans notre pays".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK