Lier le salaire d'un cadre au taux d'absentéisme de son équipe : bonne idée?

Lier le salaire d'un cadre au taux d'absentéisme de son équipe : bonne idée?
Lier le salaire d'un cadre au taux d'absentéisme de son équipe : bonne idée? - © Tous droits réservés

Peut-on envisager de lier le salaire d’un cadre aux taux d’absents dans son équipe ? Chez Bpost, en tout cas, la pratique a lieu. Concrètement, le manager qui compte trop de malades dans sa branche perd des sous. Et celui dont l'équipe est présente, par contre, en gagne. Bonne idée ?

Pour Laurent Tasquin, professeur de management humain à l'Université catholique de Louvain, "c’est positif SI on imagine que cette mesure fait partie d’une véritable politique de mieux-être au travail". Mais est-ce vraiment le cas ?

Il admet qu’une telle démarche n’est pas sans risques. Le premier, c’est celui d’une manipulation de l’indicateur d’absentéisme : "On va très vite essayer de le détourner. Dès qu’un indicateur est défini, et qu’il a un impact sur la rémunération, c’est inévitable".

Mais un autre risque est souligné par les syndicats. Ils craignent qu’un manager ne veuille, avec l’application d’une telle mesure, exiger de son équipe une santé de fer, et faire pression sur les absents.

Pour Bpost, c’est l’inverse

Chez BPost, on se défend. Pour Barbara Van Steijbroeck, la porte-parole de l’entreprise, il n’y a pas de possibilité d’avoir un effet pervers. Car selon elle, "si on augmente la pression sur le personnel, l’engagement va diminuer et l’absentéisme va augmenter. Ce n’est pas le but".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK