La Mutualité chrétienne sur le test trisomie 21 : "Nous sommes étonnés de voir que la décision est déjà prise"

Test prénatal
Test prénatal - © DIDIER PALLAGES - AFP

On l'appelle le NIPT. Ce test prénatal pour détecter la trisomie 21, qui consiste à analyser l'ADN du bébé circulant dans le sang maternel, coûtera maximum 8.68 euros à toute femme enceinte dès le 1er juillet. Il faut pour l'instant débourser 290 euros pour le réaliser.

Derrière cette annonce de la ministre de la Santé, Maggie de Block, de nombreuses questions se posent. Plusieurs acteurs du secteur l'ont déjà souligné : le cadre d'application de ce remboursement n'est pas clairement défini et parce que ce test est délicat, il mérite une attention particulière.

"On avait exprimé un avis plus nuancé!"

Jean Hermesse, secrétaire général de la Mutualité Chrétienne, estime que rembourser ce test est une bonne idée, car cela va réduire les inégalités entre les futures mères. Mais lui aussi pointe le flou artistique dans lequel ce remboursement s'inscrit : "Je suis étonné de voir que la décision est déjà prise, alors qu'avec le Conseil Technique Médical, on avait exprimé un avis plus nuancé. On recommandait que ce test soit remboursé en seconde et non en première ligne, c'est-à-dire uniquement pour les femmes qui présentent un risque. Mais aussi que seuls les laboratoires de génétique humaine ou hospitaliers puissent le réaliser". Une manière d'éviter que les laboratoires commerciaux s'en mêlent. Jean Hermesse l'affirme: "On craint une commercialisation et donc des dérives avec ce type de test". 

Le secrétaire général de la Mutualité chrétienne déplore que Maggie De Block n'ait pas décidé d'avancer de manière progressive et concertée dans ce dossier.

Visualisez l'extrait de cette interview ci-dessous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK