Fuite à bord de la station spatiale internationale : à qui la faute ?

C’est l’histoire d’un petit trou, qui a laissé passer beaucoup d’air… et qui promet de faire couler encore beaucoup d’encre. Un trou de deux millimètres de diamètre est apparu fin août sur la carlingue du vaisseau russe Soyouz. Ce vaisseau est le seul moyen de transport entre l’ISS, alias la station spatiale internationale, et la Terre. Au départ, l’origine de ce petit trou est attribuée à une météorite. Mais plus tard, l'agence spatiale russe découvre que l’origine de ce trou s’avère être une perceuse. Cela change évidemment la donne pour les Russes... Ce qu’ils veulent à présent savoir, c’est : Par qui leur vaisseau a-t-il été endommagé ?

A partir de là, une enquête est ouverte. Est-ce une erreur de fabrication ? Les Russes envisagent toutes sortes de possibilités, parfois ahurissantes. Dans la presse russe, on évoque l’hypothèse que des astronautes américains seraient sortis de la station internationale sans permission pour aller trouer la carlingue du Soyouz. La raison ? Un des trois américains de la station serait tombé malade. Ses collègues seraient alors sortis de la station sans autorisation, auraient percé la carlingue pour faire ramener le Soyouz sur terre, avec le malade à bord. Tout ça pour ne pas devoir payer le coût de ce retour sur Terre.

D’autres variantes émettent l’idée que cela pourrait être lié à l'émergence des navettes spatiales des SpaceX, l'entreprise américaine d'Elon Musk. Les américains voudraient enterrer la technologie russe en la sabotant.

"Il reste la version de l’acte délibéré"

Pendant ce temps, l’agence spatiale russe, Roscosmos, et l’agence américaine, la NASA, tentent de calmer le jeu. Mais rien n’y fait. Les rumeurs courent de plus belles. Début octobre, le directeur de Roscosmos, Dmitri Rogozine, affirme que l'enquête vient d'écarter la piste d'un défaut de fabrication. "Il reste la version de l'acte délibéré" dit-il. Il ne parle pas lui-même d’un complot américain, mais ses propos sont explicites pour certains.

De son côté, la NASA privilégie une autre version : le trou aurait été fait avant le décollage du vaisseau Soyouz. Il pourrait s’agir d’une erreur humaine d'un technicien, qui aurait rapidement remis de la colle sur le trou. Et une fois dans le vide spatial, la colle serait partie.

Une inspection prévue en novembre pour démêler le faux du vrai

Alors finalement, qui a fait quoi ? Impossible de répondre à la question pour l’instant. Pour cela, il faudra attendre une sortie d’inspection, qui est prévue en novembre. C’est elle qui tentera de démêler le faux du vrai. Et qui sait, peut-être que la station internationale parviendra à rester l’un des derniers endroits où l'entente russo-américaine est encore assez cordiale.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK