Faut-il donner le droit de vote aux résidents non-belges de Bruxelles?

faut-il donner le droit de vote aux non-belges résidant à Bruxelles ?
faut-il donner le droit de vote aux non-belges résidant à Bruxelles ? - © Tous droits réservés

Un résident bruxellois (majeur) sur trois n’a pas le droit de voter pour les élections régionales bruxelloises. Et ce parce qu’ils n’ont pas la nationalité belge. Cela concerne 310 000 personnes dans notre capitale.

Alors puisque ce droit de vote pour les étrangers est appliqué pour les élections communales, certains voudraient qu’il soit étendu pour les prochaines élections régionales de janvier 2019. Une campagne citoyenne a même été lancée en ce sens début février, et a déjà récolté un millier de signatures.

Comme l’explique son porte-parole, Thomas Huddleston, l’envie est partagée par de nombreux résidents bruxellois :

"Beaucoup se sentent impuissants face à la lasagne institutionnelle belge. Or, les décisions prises à la région influencent beaucoup leur vie, parfois autant que les décisions communales".

Qu'en pensent les politiques ?

Le bourgmestre d’Uccle Boris Dilliès (MR), dont la commune compte un pourcentage élevé d’étrangers, comprend la volonté exprimée par cette campagne. Mais selon lui, il faut d’abord s’intéresser à ce qui existe déjà, et à le mettre mieux en valeur. Pour l’instant, les résidents non-belges peuvent voter aux communales. Mais cette option est souvent délaissée :

"On voit que ça fonctionne assez mal. À Uccle, pour parler de ma commune, il y a 10% de français. Ce qui est donc un chiffre assez important. Mais sur ces 10%, environ 90% ne se prononcent pas."

Il faudrait donc selon d’abord comprendre pourquoi cet accès au vote est boudé, et mieux informer les étrangers pour qu’ils s’intéressent aux élections communales. "Cela est en partie le devoir des politiques", accorde-t-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK