Des enfants séparés de leurs parents à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis

Des enfants séparés de leurs parents à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis
Des enfants séparés de leurs parents à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis - © Tous droits réservés

Cette image a choqué les Etats-Unis et bien au-delà. Une petite fille de deux ans en pull rose pleure en regardant sa mère, dont on ne voit pas le visage, fouillée par un officier des douanes. Ce cliché du photographe John Moore a en fait été pris à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, où depuis quelques mois, la loi sur l’immigration est appliquée à la lettre à la demande de Donald Trump. Le résultat, c’est que des enfants sont séparés de leur parents à la frontière, et placés dans des centres de détention. Une situation jugée inhumaine qui suscite énormément de réactions.

Ils sont près de 11 000 enfants étrangers à avoir été placés dans des centres de détention aux Etats-Unis. Certains sont arrivés seuls, mais d’autres étaient avec leur parents, et ont été séparés d’eux à la frontière avec le Mexique. Une situation qui existe depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, comme l’explique Michel Rosenfeld, professeur de droit à la Cardozo School of Law :

"De base, la loi américaine dit qu’entrer aux Etats-Unis sans permission est illégal et constitue un crime. On peut donc arrêter cette personne, lui faire un procès ou lui faire quitter le pays. L’enfant qui est avec un parent, par contre, est innocent. Se pose donc la question : comment gérer un parent qui rentre de façon illégale dans le pays, mais avec un enfant ? Avant l’administration Trump, on ne séparait pas les parents des enfants. Mais Trump lui a décidé de le faire. Les parents sont soit refoulés, soit ils vont en prison, et entre-temps l’enfant est mis avec d‘autres dans des grandes cages, où il est séparé soi-disant pour sa sécurité et son propre bien".

"Une situation inhumaine dans les centres"

La pratique est largement décriée, mais la loi a-t-elle vraiment changé ? Le Président américain prétend qu’il ne fait qu’appliquer la loi actuelle sur l’immigration. Est-ce vrai ?

"Cette loi a été votée par des démocrates et des républicains, explique Michel Rosenfeld. Elle a été exécutée et administrée par le président Bush et le président Obama, mais ni l’un ni l’autre n’ont donné l’ordre à la police de séparer les enfants des parents. Donc quand Trump dit que c’est la loi qui nécessite cela, c’est absolument faux".

Depuis quelques jours, c’est aussi et surtout la façon dont les enfants sont traités dans ces centres qui provoque l’émoi. En effet, ils ne sont quasiment pas pris en charge : "Les contacts avec les gardiens sont très limités, dénonce le professeur. Or d’habitude, lorsqu’un enfant est pris en charge par la sécurité sociale, il y a des psychologues qui lui parlent, il est entouré par des professionnels compétents. Ici, les professionnels ne sont pas compétents. Ils doivent suivre des règles assez strictes. Ce qui en résulte, c’est une situation encore plus inhumaine".

Finalement, que cherche Trump ?

Face à cette réaction de l’opinion, on peut se demander quelle est la stratégie politique que le président adopte en faisant appliquer la loi de cette façon. Qu’a-t-il à y gagner auprès des américains ? Pour Michel Rosenberg, Donald Trump veut s’en tenir à la promesse qu’il avait faite concernant l’immigration illégale : "Trump a toujours, depuis le début de sa présidence, montré qu’il est très fort, et qu’il ne cédait à rien. Il avait promis de mettre fin à l’immigration illégale, et en plus il veut une loi du Congrès qui lui donne une quantité d’argent énorme pour construire son mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Un projet auquel est opposé une majorité de démocrates et de républicains. Donc on pense qu’il utilise cela en partie pour faire du chantage au Congrès. Il accuse les démocrates, ce qui est sa technique pour tout lorsqu’il fait quelque chose d’impopulaire… Mais il me semble que cette fois-ci, il est allé peut-être trop loin".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK