Brexit : "Ce sont les européens qui ont dessiné cet accord"

Brexit : "Ce sont les européens qui ont dessiné cet accord"
Brexit : "Ce sont les européens qui ont dessiné cet accord" - © Tous droits réservés

L'accord sur le Brexit met le parlement britannique en ébullition. La première ministre Theresa May a présenté le texte aux députés, 585 pages âprement négociées avec l'Union européenne. Mais le texte a reçu un accueil houleux au sein des politiques, et risque de ne pas être signé par le Parlement britannique… Une situation vouée à l’échec ? Soir Première a posé la question à Marc Roche, journaliste et auteur de " Le Brexit va réussir ", et à Morten Petersen, co-président du comité de la Chambre de Commerce britannique à Bruxelles, et engagé dans les activités de la chambre de commerce depuis l’annonce du Brexit.

Pour Marc Roche, il faut comprendre que la sortie de ce texte est un petit miracle : "Les britanniques n’avaient aucune carte entre les mains. L’union européenne était unie. Il n’y avait qu’un négociateur, qui avait l’appui constant des 27. Echec de la tentative britannique de diviser pour régner, et aussi Theresa May à la tête d’un gouvernement divisé, d’une opinion qui est favorable au Brexit mais de moins en moins, et surtout une haute administration qui n’avait rien préparé du tout. Donc, c’est un miracle qu’il y ait ce texte".

Il insiste sur le fait que c’est bien du côté de l’Union que s’est construit ce texte : "Ce sont les européens qui avaient toutes les cartes en main, et qui ont dessiné cet accord. Theresa May a lâché du lest sur tout, et se retrouve avec un accord qui arrange les britanniques mas pas le Parlement. Aujourd’hui, le problème, c’est de savoir si le Parlement va ratifier ou non le texte".

De son côté, Morten Petersen parle d’un compromis à la belge : "Je ne sais pas si on peut parler de bon ou de mauvais accord, mais il s’agit certainement de compromis, un peu d’un compromis à la belge. Le problème avec les compromis, c’est que ça risque de satisfaire soit tout le monde. Et pour l’instant, il semble que Theresa May a face à elle plus d’opposants que de suiveurs".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK