La revue de presse : Brexit moins une

La revue de presse : Brexit moins une
La revue de presse : Brexit moins une - © Tous droits réservés

A lire la presse, ce matin, l'heure du Brexit a sonné. Habemus Brexit titre même le Courrier International. Pour autant, à Londres, rien n'est fait !

D-Day (De Tijd), heure de vérité (De Morgen), journée historique et risquée (de Standaard), la presse néerlandophone est ce matin prête à annoncer l'avènement du Brexit. Côté francophone, pourtant, le message est plus prudent. "Un projet d'accord sur la frontière irlandaise, étape-clef pour le Brexit", dit La Libre. "Brexit : Theresa May doit convaincre ses ministres" ajoute Le Soir. "Ce projet de divorce, ajoute d'ailleurs le Figaro, en France, ce projet est déjà critiqué de toute part." Alors, à mi-chemin, entre Calais et Douvres, où en est-il véritablement ce Brexit? Le Monde, dans sa matinale, résume la situation en deux phrases : "à Bruxelles, l'essentiel a été fait. A Londres, tout reste à accomplir. A Bruxelles, après 20 mois de négociation, le Royaume Uni et les 27 autres Etats de l'Union se sont mis d'accord sur un accord de retrait consacrant le divorce. A Londres, il reste à faire accepter politiquement ce texte. A le faire accepter d'abord par le gouvernement conservateur de Theresa May. Ensuite, à le faire accepter par la Chambre des communes... Et c'est sans doute pour cela aussi que l'Union se refuse à sonner le clairon, écrit Le Monde. "Pas question de donner le sentiment aux Britanniques que l'Europe veut leur forcer la main. D'autant, conclut le quotidien, que ce "deal" pourrait "ne pas passer les fêtes. A moins que la Première ministre ne se montre capable à la fois de susciter une dynamique autour d'elle. Et de continuer à entretenir la panique d'un black out avec le continent en cas de rejet du texte." Plutôt que l'Heure H, disons qu'il est 10 minutes avant l'Heure H. 

Dramatisation british

Judgment Day (pour The Daily Mail), Moment of Truth ( pour The Daily Telegraph), This Brexit deal is best for britain (pour The Daily Express qui ajoute : "Theresa May mène là le combat de sa vie.") Le Financial Times juge en tout cas l'instant comme l'un des "moments le plus dangereux de sa carrière." Le Guardian, en titre, reste très descriptif. "Theresa May présente son deal et demande à son gouvernement de la soutenir." Le Times est plus mordant lorsqu'il note "au moment de présenter ce deal, Theresa May est accusé de trahison." Déjà The Scotsman prédit une révolte au sein du gouvernement. 
A lire cette presse, le second volet, les négociations politiques à mener au Royaume Uni sont donc loin, très loin d'être bouclée. Lundi soir, déjà le Guardian prévenait : "un accord dénué de sens n'obtiendra pas de voix significative." Et si certains doutaient encore de la pression de l'instant, The Independent ce matin publie les conclusions d'un nouveau rapport du Comité des comptes publics. L'organe du parlement prévient qu'une absence d'accord sur le Brexit aurait des conséquences désastreuses pour le Royaume Uni, notamment en terme de sécurité alimentaire. 

Doute européen
La Süddeutsche Zeitung et Die Zeit annoncent l'accord, mais sur son site Die Zeit n'y croit que modérément. "Les choses sont loin d'être sous contrôle."  Manière d'écrire, en somme, que ce Brexit peut encore très largement explosé au cœur de Londres. Der Spiegel conclut - un peu comme pour un spectacle - que le final a commencé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK