Au lendemain de Noël, les journaux s'inquiètent de la mauvaise santé des Bourses (revue de presse)

"Des Bourses sans boussole" titre La Libre Belgique.

2018 n'est pas encore terminé, mais on peut déjà dire que cette année "sera globalement la pire qu'auront connue les marchés financiers depuis la méga-crise de 2008".

La chute est spectaculaire pour tous les indices. Le Bel20 a perdu quelque 20%, le dow Jones 13%. Les bourses asiatiques affichent des reculs plus spectaculaires encore.

"il faut bien reconnaître que Donald Trump n'a pas aidé à améliorer les choses", lit-on dans La Libre.

Trump qui est devenu un homme encore plus dangereux. C'est l'opinion développée dans De Tijd.

Et ce pour trois raisons, dit le quotidien. La première, c'est la démission du secrétaire américain à la Défense, James Mattis. L'homme défendait une vision des Etats-Unis dont la force reposait sur ses liens avec ses alliés. Vision que ne partage pas Trump.

Deuxième source d'inquiétude, ce sont les attaques répétées du président américain contre la Réserve fédérale américaine.

Et enfin la chute des cours à Wall Street, alors même que Donald Trump avait fait de la hausse du Dow Jones une preuve du succès de sa politique.

Pour De Tijd, c'est clair, c'est le monde politique qui fait aujourd'hui courir le risque le plus important à l'économie.

La Flandre s'est mobilisée toute une semaine pour une vaste récolte de fonds. La presse du nord du pays y revient largement ce matin.

De Warmste Week, c'est le nom de l’opération de solidarité portée par la VRT, qui en est à sa 6e édition.

La presse flamande souligne aujourd'hui l'important élan de solidarité qu'elle a généré.

Plus de 17 millions d'euros récoltés, au profit de près de 2000 projets dans des domaines très divers : soutenir une personne qui ne peut pas se payer une opération, ou des associations qui viennent en aide aux personnes âgées, ou encore des parents qui ont perdu un enfant.

Het Nieuwsblad ou la Gazet van Antwerpen s'émeuvent de la chaleur et de la générosité dont les Flamands ont fait preuve à cette occasion.

Dans Het Belang van Limburg, on rappelle aussi que les flamands ne sont pas les seuls à être généreux. Au sud du pays, Viva for Life a aussi battu un record cette année, avec 5 millions de dons. C'est moins que nos 17 millions, dit le quotidien flamand. Mais il est vrai que la population francophone est je cite "un peu moins nombreuse" et est aussi "plus pauvre" que la population flamande.

De pauvreté, il en est question aussi dans cette étude de l'UCL que relaye De Standaard.

Une étude qui montre que l'espérance de vie, si elle continue d'augmenter en Belgique, est très inégale selon les milieux, et que ces inégalités, elles ont tendance à se creuser.

Par exemple, un homme qui est propriétaire de sa maison vivra en moyenne 6 ans de plus que celui qui est locataire.

Un homme qui a travaillé gagnera 7 années de vie sur celui qui était au chômage.

Mais De Standaard estime malgré tout que la Belgique reste un des pays avec l'un des systèmes d'assurance maladie les plus sociaux au monde. "Nos soins de santé sont une création typiquement belge dont nous pouvons être fiers et que nous souhaitons poursuivre pendant très longtemps", conclut l'édito du quotidien flamand.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK