Hassan Jarfi et son combat contre l'homophobie: "Je sais que je ne perds pas mon temps"

Lutte homophobie gay pride etc
Lutte homophobie gay pride etc - © Tous droits réservés

Hassan Jarfi a perdu son fils en avril 2012 : Ishane Jarfi a été assassiné par quatre jeunes hommes à Liège, en raison de son homosexualité. Depuis, Hassan Jarfi s'implique dans une fondation au nom de son fils, qui lutte contre les discriminations et l'homophobie.

"Ishane n'a pas été tué parce qu'il était homosexuel. Il a été tué parce que ses agresseurs n'aiment pas les homosexuels, je préfère qu'on précise bien les choses", explique son père au micro d'Eddy Caekelberghs dans l'émission Au bout du Jour (La Première).

Au lendemain de la Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie et à deux jours de la Gay Pride à Bruxelles, Hassan Jarfi présente ses excuses : "Oui, je m'excuse auprès des gens qui m'entendent encore aujourd'hui, parce que je vais répéter la même chose, mais je le répéterai encore : mon fils a été tué par quatre voyous, faites attention, cela peut vous arriver. Et je sais que je ne perds pas mon temps parce que si j'arrive à accrocher la conscience d'un papa qui a des problèmes avec son fils et qui s'apprête à le jeter dehors, il va se dire : 'Il est musulman comme moi et lui, il a fait un effort'".

L'amour de son enfant, c'est le plus sacré pour moi

"Si on a un enfant qui est homosexuel, on doit se détacher de ce que la société, de ce que la communauté pense. Et on doit s'occuper de l'amour de son enfant. C'est ça le plus sacré pour moi", ajoute-t-il.

Hassan Jarfi a publié "Le couloir du deuil" aux éditions Luc Pire.

Réécoutez l'intégralité de son interview ci-dessous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir