David Pierard de la FUEGA: "L'élevage a encore sa place"

Quelle la situation actuelle des éleveurs et agriculteurs belge ? L’été dernier, la sécheresse a occasionné de nombreux dégâts, et avant cela, la négociation du CETA et autres types d’accords ont fait planer des menaces sur le secteur. Qu’en est-il en cette fin d’année ? Eddy Caekelberghs a reçu dans Au bout du jour David Pierard du syndicat de la FUEGA, la Fédération Unie de Groupements d’Éleveurs et d’Agriculteurs.

La FUEGA est un syndicat agricole et un mouvement paysan qui développe et soutient une agriculture durable multifonctionnelle. Comme l’explique David Pierard, le secteur a depuis peu, et depuis l’épisode de la peste porcine africaine, le sentiment d’être entendu : "On sent qu’il y a une écoute du côté politique. Enfin, plus particulièrement au niveau wallon, puisqu’au niveau national c’est plus compliqué. Au niveau européen c’est aussi compliqué d’avoir des informations et de transmettre nos idées. Mais c’est là l’objectif de notre organisme. Nous essayons de défendre l’intérêt de nos membres, avec une vision de l’agriculture qui est différente que ce qu’on présente dans les médias".

Agriculteur d’une trentaine d’années David Pierard explique qu’il n’a pas vécu certains événements marquants dans le milieu de l’agriculture et de l’élevage, comme la sécheresse de 1976. "On voit bien que le type d’agriculture a évolué en 40 ans, dit-il. On a davantage industrialisé certains secteurs, et on a lié notre élevage au sol et aux territoires au sol".

Pour une lutte pour le climat, mais sans supprimer l’élevage

Face aux enjeux climatiques, David Pierard avance que le secteur est conscient est engagé : "Bien sûr que cela nous inquiète. Nous étions parties prenantes lors de la manifestation pour le climat à Bruxelles, qui a rassemblé 75 000 personnes. Mais nous voulons aussi rappeler à l’état belge et à tous les membres de la COP que l’agriculture et l’élevage jouent un rôle. Nous voulons tordre le cou à toutes ces idéologies vegan et végétariennes, qui disent que l’élevage n’a plus sa place. C’est faux, car lorsqu’on étudie le cycle de vie, l’élevage tient une place importante dans la vie du sol, puisque pour pouvoir produire sur un sol, il faut le fertiliser".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK