Grèce: le parti d'opposition appelé à former un nouveau gouvernement

Evangelos Meimarakis (à droite), l'ancien leader étudiant devenu chef de file du parti conservateur grec, Nouvelle Démocratie.
Evangelos Meimarakis (à droite), l'ancien leader étudiant devenu chef de file du parti conservateur grec, Nouvelle Démocratie. - © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN - AFP

Selon la Constitution grecque, lorsque le Premier ministre démissionne, le deuxième plus grand parti représenté au Parlement reçoit le mandat de former un nouveau gouvernement. Et suite à la démission du Premier ministre grec Alexis Tsipras, jeudi soir, c'est donc au chef de file du parti conservateur d'opposition Nouvelle Démocratie (Nea Dimokratia) de tenter de former un nouveau gouvernement.

Maigres chances d'aboutir

Certains observateurs doutent cependant de la capacité d'Evangelos Meimarakis, leader de la ND, à rassembler les différentes formations au sein d'un nouvel exécutif, ce qui mènera probablement à un second tour des élections anticipées prévues le 20 septembre.

Ce vendredi, Evangelos Meimarakis a rencontré le président de la République Prokopis Pavlopoulos afin d'évoquer les différentes options existantes en vue de former un nouveau gouvernement dans les trois jours qui lui sont impartis. En cas d’échec, le président de la République sera contraint de nommer un premier ministre provisoire jusqu’aux prochaines élections.

Et toujours selon la Constitution grecque, ce sera la présidente de la Cour suprême, Vassiliki Thanou-Christophilou, qui dirigera alors ce gouvernement.

Tsipras contesté au sein-même de Syriza

Le Premier ministre Alexis Tsipras, 41 ans, a été contraint de prendre cette décision après avoir perdu sa majorité parlementaire la semaine dernière lors d'un vote au Parlement sur le nouveau plan de sauvetage du pays par l'Europe.

Une quarantaine de députés de son parti de la Gauche radicale Syriza n'ont pas voté en faveur de ce prêt de 86 milliards d'euros sur trois ans, accompagné d'un nouveau train de mesures de rigueur, ce qui a réduit la majorité parlementaire à 119 députés sur les 300 que compte l'Assemblée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK