Grèce: Berlin et Paris attendent la poursuite des réformes malgré les élections

Grèce: Berlin et Paris attendent la poursuite des réformes malgré les élections
Grèce: Berlin et Paris attendent la poursuite des réformes malgré les élections - © LOUISA GOULIAMAKI - AFP

Le gouvernement allemand s'attend à ce que la Grèce mette en oeuvre dans les temps les réformes convenues dans le dernier programme d'aide aux pays indépendamment de l'issue des élections législatives anticipées, a déclaré vendredi son porte-parole Steffen Seibert.

Un accord passé avec le peuple grec

"Naturellement le gouvernement allemand, comme d'autres partenaires européens de la Grèce, attend la mise en oeuvre des réformes et des accords qui figurent dans ce programme" d'aide de plus de 80 milliards d'euros auquel les députés allemands ont donné leur feu vert mercredi, a affirmé M. Seibert, lors d'un point presse régulier.

Le porte-parole de la chancelière Angela Merkel a également considéré que la décision du Premier ministre grec Alexis Tsipras de démissionner et d'appeler à des élections législatives anticipées en septembre n'était "pas surprenante".

"Le programme d'aide sur lequel ont voté le Bundestag et d'autres parlements européens est un programme d'aide passé avec la République hellénique. Il montre le chemin pour les trois années à venir et rien n'a changé sur ce point", a insisté Steffen Seibert, rappelant que les accords entre les pays européens valaient au-delà des éventuelles élections et changements de gouvernement.

Porte-parole du ministère allemand des Finances, Jürg Weissgerber a pour sa part souligné que tout délai dans la mise en œuvre des réformes convenues retarderait les paiements prévus dans le programme d'aide. Une première vérification par les créanciers européens de la Grèce de l'avancée des réformes est prévue en octobre.

La France prête à collaborer

La France s'est déclarée vendredi prête à travailler avec le futur gouvernement grec issu des élections législatives anticipées pour la bonne mise en oeuvre du plan d'aide européen qui vient d'être accordé à Athènes.

Prenant "acte" du choix de Tsipras de démissionner, Paris a fait savoir que "les autorités françaises et grecques ont eu des contacts très suivis au cours des dernières semaines sur le troisième programme d'aide, qui doit permettre à la Grèce de renouer avec la croissance et l'emploi".

"Ceux-ci vont se poursuivre", a ajouté un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères lors d'un point presse électronique. "La France est déterminée à travailler avec le futur gouvernement grec pour la mise en oeuvre de ce programme, qui vient d'être approuvé par l'ensemble des Etats de la zone euro". La perspective d'un scrutin anticipé en Grèce à l'automne était attendue après la conclusion du troisième plan d'aide internationale pour un montant de 86 milliards d'euros. Le Premier ministre grec, qui conserve une bonne côte de popularité, a dû passer à la vitesse supérieure en raison de la fronde d'une partie de son camp, près d'un tiers des élus de sa formation ayant refusé d'approuver le programme de renflouement négocié avec les créanciers d'Athènes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK