La cellule terroriste de Bruxelles et de Paris saluée par l'État islamique

Mohamed Belkaïd et Najim Laachraoui élevés en "chevaliers du Dieu unique" par Dabiq.
2 images
Mohamed Belkaïd et Najim Laachraoui élevés en "chevaliers du Dieu unique" par Dabiq. - © Tous droits réservés

Le nouveau numéro en anglais du magazine de propagande du groupe terroriste État islamique, Dabiq, vient de paraître en ligne. Il s'agit du numéro 14. Et, comme à chaque fois, il fait l'apologie des kamikazes et djihadistes qui se sont distingués sur les différents terrains du monde, cette fois sur le sol de Bruxelles.

Le "champ de Bataille de Belgique", c'est ainsi que le magazine qualifie notre capitale, photos à l'appui : le métro de Maelbeek éventré, le hall de Zaventem sous les gravats, et puis des blessés. Bref, le chaos sur papier glacé, à ceci près que le magazine n'est forcément disponible que sur Internet.

"Paris was a warning, Brussels was a reminder"

Le magazine de propagande le souligne : "Paris fut un avertissement, Bruxelles est un rappel à l'ordre". Le texte met en exergue les "Chevaliers du dieu unique en Belgique", c'est le titre de l'article (en anglais : The Knights of Shahadah in Belgium. Shahadah désigne la profession de foi de l'islam, liée au principe de l'unicité de Dieu).

L'article de Dabiq va plus loin et menace : "Ce qui va arriver sera encore plus dévastateur". Le magazine de propagande est là clairement dans son rôle. Il encense ses guerriers, et veut terroriser ses ennemis.

Les frères El Bakraoui, de Paris à Bruxelles

En quatre pages, le groupe terroriste met en exergue ses "héros". Et ce qui nous intéressera, c'est qu'il précise les tâches de plusieurs hommes dont les kamikazes du 22 mars.

Il revient ainsi sur le rôle joué par les frères El Bakraoui, kamikazes à Bruxelles (l'un à l'aéroport, l'autre dans le métro) certes, mais pas seulement. C'est grâce à eux que les attaques de Paris ont pu se dérouler, explique le texte de propagande : "Tous les préparatifs pour les raids de Paris et de Bruxelles ont commencé avec lui (Khalid El Bakraoui) et son frère aîné Ibrahim". Leur rôle : rassembler les armes et les explosifs. Ce que l'enquête semble aujourd'hui confirmer.

Najim Laachraoui, l'artificier

Dabiq salue aussi deux autres protagonistes des attentats. Najim Laachraoui que l'on voit kalachnikov à la main, et un clin d’œil ironique qui fait froid dans le dos. L'homme est désigné comme l'artificier de la cellule : "C'est lui qui a préparé les explosifs pour les deux raids à Paris et à Bruxelles", et c'est effectivement l'hypothèse des enquêteurs.

Le dernier homme mis en avant c'est Mohamed Belkaïd, mort dans la planque de Forest le 15 mars dernier. "Il s'est sacrifié dit Dabiq pour assurer la fuite de ses frères." Sa photo le représente avec un couteau maculé de sang en tenue de combattant. La mise en scène est macabre et très élaborée, élaborée comme ce magazine de propagande dont le groupe terroriste État islamique soigne la présentation dans les moindres détails.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK