L'impressionant arsenal de l'organisation terroriste "Etat Islamique"

Les chercheurs d'Amnesty International ont étudié des centaines d'heures de vidéo et des milliers de photographies de l'organisation terroriste État Islamique. En plus de témoignages de première main, issus du terrain. La conclusion fait froid dans le dos. D'après l'étude, l'organisation dispose de quoi armer pas moins de 3 divisions, soit entre 120 000 et 150 000 soldats.

Philippe Hensmans, directeur d'Amnesty International Belgique francophone: "Ils ont de tout, depuis l'arme de poing jusqu'au tank, en passant par les lance-missiles, ils ont toutes les armes qu'une armée régulière possède normalement. Et c'est ça qui est évidemment inquiétant parce qu'ils ont aussi des personnes qui savent comment les utiliser et quelle stratégie il faut mettre en place pour les utiliser convenablement puisque, apparemment en tous cas, des responsables militaires de l'armée irakienne sous Saddam Hussein sont passés sous la houlette du groupe État Islamique".

Armes vendues en 1979

Les armes proviennent d'une vingtaine de pays parmi lesquels on compte les États-Unis, la Russie, la Chine, les pays européens et parmi ces derniers, la Belgique. Et ce dans une proportion significative.

Philippe Hensmans: "Il y a des armes qui ont des durées de vie très très longue. Les armes que nous avons vendu, la Belgique a vendu des FAL en 1979 au Qatar, et bien, on les retrouve en état de marche aujourd'hui et utilisés par des combattants de l’État Islamique. Ça montre à quel point, lorsque nous vendons des armes à des États qui sont des États instables dans les régions instables, nous courrons le risque de voir pendant de nombreuses années ces armes utilisées pour commettre des violations massives des droits humains et, peut-être, de les voir se retourner contre nous".

Il faut dire que la région a été littéralement inondée d'armes. Entre autres pendant le conflit qui a opposé l'Iran et l'Irak entre 1980 et 1988. Pendant les deux guerres du Golfe et quand les États-Unis, ayant quitté le territoire irakien, ont fourni, en 2014, pas moins de 1,6 milliards de dollars d'armes à l'armée irakienne.

Amnesty International plaide donc pour un embargo total sur l'armement à destination des troupes gouvernementales syriennes et des belligérants s'étant rendus coupables de crimes de guerres et de crimes contre l'humanité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK