Les 25 personnages clefs de l'affaire Dutroux: Michelle Martin

Michelle Martin est née le 15 janvier 1960 à Waterloo. À l’âge de 6 ans, elle perd son père dans un accident au cours duquel elle est elle même grièvement blessée. C'est sans doute déjà le tournant de sa vie, elle grandit avec un sentiment de culpabilité. Sa mère est dépressive, elle est autoritaire et elle l’entraîne dans une relation trop fusionnelle. Michelle Martin étouffe. C’est une petite fille studieuse, intelligente, sociable.

En 1981, elle a 21 ans et elle obtient son diplôme d’institutrice. Elle rencontre Marc Dutroux. Pour elle, c’est une libération. Elle dira de sa rencontre avec Marc Dutroux que "c’était une bouée de sauvetage par rapport à ma mère. Il est devenu mon Dieu comme mon père l’était".

L'emprise de Marc Dutroux

Elle est totalement soumise à Marc Dutroux. Elle partage sa vie en 1983 et se marie en prison en 1988. Ils ont 3 enfants. Quand ils se rencontrent, Marc Dutroux est déjà marié. Elle l’accepte. Dutroux a d’autres maîtresses, elle l’accepte. Dutroux lui impose des relations sexuelles partagées et filmées. Elle l’accepte.

En 1986, elle est condamnée à 5 ans de prison pour complicité d’enlèvement et viol de mineurs commis par Marc Dutroux. Déjà à l'époque... Elle purge une peine de 2 ans de prison. Un neuro-psychiatre la déclare irresponsable.

Michelle Martin est au courant de l'ensemble des faits et gestes de son mari mais jamais elle n'aura l'envie, la force ou le courage de le dénoncer. Elle prétend avoir eu peur pour ses propres enfants.

"J'ai honte. Je culpabilise pour les filles décédées. Mais j'ai été torturée physiquement et moralement. Je ne voulais pas perdre mes enfants qui sont et qui resteront le seul but de mon existence", déclare t-elle aux enquêteurs peu après son arrestation.

Les différents experts psychiatres l’ont souvent présentée comme une femme au caractère fragile, capable de contrôler ses actes et ne présentant a priori pas de danger. Elle présente cependant une fragilité psychologique qui la rend vulnérable au stress émotionnel.

Elle sait, mais se tait

Elle sait que son mari a enlevé deux petites filles, Julie et Melissa, en juin 1995, elle sait qu'elles sont séquestrées et violentées dans le domicile familial à Marcinelle, elle sait qu'elles sont enfermées dans la sinistre cache. Mais, si elle fait des reproches à Dutroux, jamais elle ne le dénonce.

Elle sait aussi pour An et Eefje. Trop turbulentes, difficiles a gérer dans la même maison que Julie et Melissa, elle sait que Dutroux a décidé de régler le problème et de les éliminer. Il les a enterrées dans le hangar de Bernard Weinstein, son complice.

En décembre 1995, Marc Dutroux est à nouveau incarcéré, elle est chargée par son mari de nourrir Julie et Mélissa, lesquelles sont toujours enfermées, seules, dans la terrible cache de Marcinelle. Au lieu de profiter de l'occasion pour libérer les fillettes et prévenir les forces de l'ordre, elle se taira à nouveau. Pire, elle dira avoir eu peur de descendre dans la cave et elle laissera les enfants sans nourriture et sans boisson. Lorsque Dutroux sort de prison, les enfants sont extrêmement faibles, elles ne survivent d'ailleurs pas.

Le procès d'Assises

Elle sera condamnée à Arlon au printemps 2003, à 30 ans de réclusion pour sa participation à la séquestration des victimes de son mari avec la circonstance aggravante de tortures ayant entraîné la mort pour Julie et Mélissa.

Michelle Martin introduit à trois reprises une demande de libération conditionnelle. Le tribunal d'application des peines y répond favorablement, sous conditions en août 2012. Cette décision a choqué bon nombre de citoyens et aussi bien évidemment les victimes et leurs familles. Michelle Martin qui a suivi des études en prison est accueillie au couvent des Clarisses à Malonne, sur le territoire de la ville de Namur.

Quelques mois plus tard, en novembre, elle rencontre Jean-Denis Lejeune, le papa de Julie. Un médiateur assiste à la rencontre. Voici ce qu'il a déclaré à l'époque : "Cette rencontre s'est déroulée dans un climat serein. Le contenu et les sentiments que ce contenu a générés appartiennent à M. Lejeune, à sa famille et à ses proches. C'est aux parties à apprécier ce qu'elles souhaitent éventuellement dire à leur entourage, voire à l'opinion publique. On espère, en tout cas, que les parties auront pu apprécier le travail de préparation que nous avons entrepris".

Les Clarisses quittent le couvent de Malonne. Michelle Martin doit trouver un nouveau cadre de vie qui entre dans les critères de sa libération conditionnelle. En mars 2015, elle s'installe non loin de Malonne, chez l’ancien juge Christian Panier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK