Les 25 personnages clefs de l'affaire Dutroux: Julie et Melissa

Les visages de Julie et Melissa seront rapidement connus dans l'Europe entière et au-delà.
Les visages de Julie et Melissa seront rapidement connus dans l'Europe entière et au-delà. - © Belga

Le samedi 24 juin 1995, à Grâce-Hollogne, Mélissa Russo joue dans son jardin avec son amie Julie Lejeune. Elles ont respectivement huit ans et demi et neuf ans. Après avoir répété une danse pour le spectacle de leur école, elles demandent, vers 17 heures la permission d’aller faire signe aux voitures sur le pont de l’autoroute E40 toute proche. Elles ont pour consigne de rentrer à 17 heures 30.

Elles ne reviendront jamais à la maison. C’est le début d’une des plus grandes affaires judiciaires que la Belgique ait connu. Près de 14 mois de recherches et d’investigations. Quatorze mois d’angoisse, de douleur, d’incompréhension, de solitude pour les parents et leurs proches.

L’hypothèse d’une fugue est rapidement écartée au profit de celle d’un enlèvement. Mais il n’y a aucun indice pour étayer cette thèse.

Deux visages, deux symbôles

Rapidement des affichettes vont être diffusées et placardées dans tout le pays. Les médias belges et étrangers relayent les avis de recherches. Les visages de Julie et Mélissa seront connus dans l’Europe entière et au-delà. La solidarité s’organise, les comités de soutien se constituent et la Belgique toute entière est sensibilisée.

Ce n’est qu’en août 1996, qu’on comprendra le calvaire vécu par ces deux petites filles. Elles ont été enlevées par Marc Dutroux et enfermées dans une cache aménagée dans la cave de sa maison, au 128 de la route de Philippeville à Marcinelle. Une cache parfaitement dissimulée et minuscule, d'1m61 de haut, 2m34 de long et 99 cm de large dont elles ne sortiront jamais vivantes.

Alors que Marc Dutroux purge une peine de prison pour le vol d’un camion, c’est Michelle Martin, sa femme, qui est chargée de nourrir Julie et Mélissa. Malgré plusieurs visites, elle ne leur a apporté des vivres qu'une seule fois. Michelle Martin dit avoir eu "peur" de descendre dans la cave.

Le 20 mars 1996, Marc Dutroux sort de prison. Les deux fillettes sont encore en vie mais elles sont très affaiblies. Leur état est plus que préoccupant. Elles ne résistent pas et finissent par mourir de faim et de soif. Marc Dutroux enterre alors les deux fillettes dans une de ses propriétés, située à quelques kilomètres de là, à la campagne, à Sars-la-Buissière.

Arrêté le 13 août, c’est finalement sur ses indications que les corps des enfants seront retrouvés le 17 août 1996, enfouis quelques mètres sous terre.

La population toute entière est secouée, les suites de l'enquête ébranleront le pays, secoueront toutes les institutions.

En Belgique, il y a un avant et un après Julie et Melissa.