Les 25 personnages clefs de l'affaire Dutroux: An Marchal et Eefje Lambrecks

Les corps d'An Marchal et Eefje Lambrechts seront exhumés à Jumet, dans une propriété de Bernard Weinstein, complice de Dutroux.
Les corps d'An Marchal et Eefje Lambrechts seront exhumés à Jumet, dans une propriété de Bernard Weinstein, complice de Dutroux. - © Tous droits réservés

An, 17 ans et demi, et Eefje, 19 ans et demi, sont en vacances à Westende avec des amis. Le 22 août 1995, les deux limbourgeoises partent en tram au casino de Blankenberge pour assister au spectacle de Rasti Rostelli, un illusionniste. Elles montent sur scène et se font hypnotiser.

Vers 22h30, elles quittent le casino, les caméras vidéo en attestent. Les deux copines ratent le dernier tram qui devait les ramener à Westende. Elles décident alors de se rendre au terminus d'Ostende pour ensuite rentrer en auto-stop. Un employé de la société De Lijn les a reconnues formellement sur le quai à Ostende, vers 1h20.

Le mercredi 23 août, les copains d’An et Eefje sont inquiets : elles ne sont pas rentrées. Ils retrouvent leurs vélos à l’arrêt du tram, là où elles les avaient laissés la veille. Ils se rendent alors à la police de Westende pour signaler les disparitions.

L’inspecteur de garde les rassure en demandant de ne pas s’affoler, "elles doivent prendre du bon temps". Alertés dans la soirée, les parents Marchal et Lambrecks déclarent la disparition de leurs filles à la police d’Hasselt. Ils ne les reverront jamais vivantes.

Enterrées vivantes

Le matin du 3 septembre 1996, quinze jours après la découverte des cadavres de Julie et Mélissa à Sars-la-Buissière, les corps d’An et Eefje sont exhumés à Jumet, dans une propriété de Bernard Weinstein, un complice de Marc Dutroux.

L’enquête nous apprendra que Marc Dutroux et Michel Lelièvre avaient repéré leurs victimes à Ostende. Ils étaient selon leurs dires en "maraude". An et Eefje faisaient du stop pour regagner Westende.

Maltraitées, violées, droguées, elles ont été emmenées à Marcinelle, chez Marc Dutroux. Julie et Mélissa, les deux petites liégeoises de 8 ans, disparues depuis juin 1995, y étaient déjà séquestrées.

Marc Dutroux estime alors ne pas pouvoir "gérer" la présence de quatre filles à son domicile. Il prend une décision radicale, les enterrer, toujours vivantes, droguées au Rohypnol, dans la propriété de Bernard Weinstein.