Quatre civils et un soldat tués dans l'attaque d'un bar au Burundi

Quatre civils et un soldat ont été tués et trois autres personnes ont été blessées lors de l'attaque d'un bar du quartier de Musaga dans le sud de Bujumbura, la capitale du Burundi, a déclaré vendredi la police.

"Hier (jeudi) vers 22h00, un groupe de quatre criminels armés portant de longs manteaux sont entrés dans un bar de Gitaramuka (un sous-quartier) dans le quartier de Musaga. Ils se sont mis à tirer sur les clients (...), cinq personnes dont un soldat ont été tuées et trois autres personnes ont été blessées", a déclaré Moïse Nkurunziza. Il y aurait deux femmes et un enfant parmi les victimes, a-t-il précisé.

Les "criminels armés" - la terminologie officielle désignant les membres des nouvelles rébellions nées de la contestation du troisième mandat du président Pierre Nkurunziza - ont fui avant l'arrivée des forces de l'ordre, a-t-il ajouté.

500 morts depuis le début de la crise

Le Burundi a plongé dans une grave crise émaillée de violences lorsque le président Pierre Nkurunziza a annoncé sa candidature en avril 2015 pour un troisième mandat, avant d'être réélu en juillet.

Selon l'opposition, la société civile et une partie de son camp, il a violé la constitution, ainsi que l'accord d'Arusha qui mit fin à la guerre civile entre 1993 et 2006 (300 000 morts).

Ces violences ont déjà fait plus de 500 morts depuis le début de la crise, et le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés estime désormais à plus de 270 000 le nombre de Burundais qui ont fui leur pays. Le dialogue interburundais est censé reprendre lundi à Arusha, en Tanzanie, à l'invitation de l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, nouveau co-médiateur dans la crise burundaise.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK