Kazakhgate: les étranges courriels de Jean-François Etienne des Rosaies, ex-chargé de mission à l'Elysée

Dans l'un des mails, Jean-François Etienne des Rosaies menace de représailles le responsable belge de l'Ordre de Malte
3 images
Dans l'un des mails, Jean-François Etienne des Rosaies menace de représailles le responsable belge de l'Ordre de Malte - © Tous droits réservés

La commission d'enquête sur le Kazakhgate est sur les rails. Elle va en avoir du fil à démêler, des pelotes de laine franco-belge, allant de l'Elysée à la maison communale d'Uccle.

Les enquêteurs français ont constitué un dossier épais dans lequel les pièces ne manquent pas. Parmi celles-ci, nous vous révélons deux mails envoyés par Jean-François Etienne des Rosaies, cet ex-préfet et ancien chargé de mission auprès de Nicolas Sarkozy, à l'époque où la France négocie un important contrat de vente d'hélicoptères avec le Khazakstan. Problème: l'homme d'affaires belgo-kazakh Patokh Chodiev est dans le viseur de la justice belge. Ce n'est pas à ce titre que des Rosaies envoie ces courriels. Il écrit en tant que membre de l'Ordre de Malte. Il les adresse à Jean-Pierre Mazery, le Grand Chancelier de cette organisation qui affiche des objectifs caritatifs.

La lecture de ces mails de Jean-François Etienne des Rosaies fait apparaître bien plus que des relations basées sur la philanthropie: menaces, pressions, règlements de compte, pistons pour faire anoblir l'homme d'affaires Georges Forrest, incitation à utiliser des relais politiques belges pour "affaires diplomatiques".

Jean-Claude Fontinoy, homme lige auprès de Didier Reynders

Dans un mail saisi par la Police française, daté du 11 décembre 2013 et adressé à Jean-Pierre Mazery, chef de l'exécutif et responsable de la politique étrangère de l'Ordre de Malte, Jean-François Etienne des Rosaies cite ses relais belges. "Tu auras aussi découvert l'estime et les liens qui me lient tout particulièrement au Président Jean-Claude Fontinoy, homme lige auprès de Didier Reynders (...) Je te recommande vivement de faire ton profit de tout ceci pour tes actions diplomatiques à venir en Belgique."

Jean-Claude Fontinoy est en effet un proche de Didier Reynders, actuellement en poste comme Président du conseil d'administration de la SNCB. Nous l'avons contacté. Il n'a pas souhaité faire de commentaire. "Je n'ai rien à voir avec le kazakhgate. J'apprends les informations sur ce sujet dans les journaux", nous a-t-il déclaré, sans pouvoir nous expliquer les relations privilégiées dont se vante des Rosaies.

Pour anoblir Forrest

Dans un second courriel, envoyé le 16 janvier 2014, Jean-François Etienne des Rosaies écrit au même Mazery à propos de la demande d'anoblissement de l'homme d'affaires belge Georges Forrest. Des Rosaies fait pression pour obtenir cet anoblissement. Il s'agace du discrédit dont fait l'objet Forrest. "Ou bien, tu tiens compte de ce que j'affirme, ou bien tu écoutes tes fumeux correspondants pervers et malhonnêtes", écrit des Rosaies au Grand Chancelier Mazery. "Je note également avec étonnement ta satisfaction, que tu as confirmée à De Decker: "que tu ne regrettais pas d'avoir soutenu mon ami Forrest". Plus loin, des Rosaies menace de représailles le porte-parole belge de l'Ordre de Malte (André Querton), au cas où l'opération échouerait: "Quant à André Querton, ou bien il a le courage des responsabilités que tu lui as confiées pour soutenir G.A. Forrest et il intervient auprès de de Gerlache (ndlr: un homme qu'il accuse d'être responsable des difficultés de Forrest), ou bien il ne le fait pas et mes amis du ministère des affaires étrangères en tireront les conséquences".

des Rosaies, un "personnage nauséabond, fantasque, qui exagère"

Loin de la philanthropie et du caritatif pur, ces courriels au sein de l'Ordre de Malte dévoilent un monde affairiste bien peu reluisant. Nous avons contacté plusieurs membres de l'Ordre pour les faire réagir. Parmi eux, aucun n'affirme avoir rencontré des Rosaies, mais tous le connaissent et en dressent le portrait d'un "personnage nauséabond, fantasque, qui exagère". Il est évident que des Rosaies dérange.

Mais si sa personnalité dénote, il n'en demeure pas moins que c'est à lui que, selon Libération, Nicolas Sarkozy confie en 2007 l'organisation des meetings de sa campagne présidentielle. En 2010, il jouera le rôle de chargé de mission dans le dossier kazakh, aux côtés de l'avocate niçoise Catherine Degoul, qui défend l'homme d'affaires belgo-kazakh Patokh Chodiev. C'est elle qui ira rendre visite au ministre belge de la Justice de l'époque, Stefaan De Clerck, avec l'avocat et ex-président du Sénat Armand De Decker, pour s'enquérir de l'état d'avancement de la loi sur la transaction pénale, qui allait permettre à Chodiev d'échapper à une condamnation.

L'Ordre de Malte réagit

Nous avons contacté l'Ordre de Malte, par la voix de son représentant en Belgique, André Querton. Pour lui, Jean-François Etienne des Rosaies n'avait aucune compétence pour agir au nom de l'Ordre sur le territoire belge. En clair, il usurpait son rôle, qui devait se limiter à la France.

Dans un communiqué qui nous a été adressé, l'Ordre de Malte déclare: "Le Grand Magistère confirme que M. Jean-Pierre Mazery, qui a exercé les fonctions de Grand Chancelier de l'Ordre Souverain de Malte entre 2005 et 2014 au siège de l'Ordre à Rome, avait parmi les conseillers de la chancellerie, M. Jean-François Etienne des Rosaies, ancien chargé de mission aux œuvres hospitalières françaises de l'Ordre de Malte en 1994/1995. Les compétences de M. Etienne des Rosaies étaient strictement limitées à la France, excluant ainsi toute mission au titre de l'Ordre de Malte dans tout autre pays, notamment en Belgique. Si M. Jean-François Etienne des Rosaies a pris des contacts en Belgique, il s'agit là d'une initiative personnelle, sans aucune relation avec l'Ordre de Malte."

Usurpateur en Belgique ou entremetteur, personnage étonnant (dont l'avocat français n'a pas répondu à nos tentatives de contact par téléphone), Jean-François Etienne des Rosaies et ses courriels ne manqueront certainement pas d'intéresser les membres de la Commission d'enquête belge sur le Kazakhgate. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK