Kazakhgate: le milliardaire Alijan Ibragimov est arrivé en commission

Le milliardaire kazakh Alijan Ibragimov, l'un des membres du fameux "trio kazakh" au même titre que Patokh Chodiev, a bénéficié en 2011 de la loi de transaction pénale élargie que venait de voter en toute hâte le Parlement.
Le milliardaire kazakh Alijan Ibragimov, l'un des membres du fameux "trio kazakh" au même titre que Patokh Chodiev, a bénéficié en 2011 de la loi de transaction pénale élargie que venait de voter en toute hâte le Parlement. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Les auditions se poursuivent en commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Kazakhgate. Ce mercredi matin, les commissaires ont auditionné le président de l'Ordre des barreaux flamands (OVB, Orde van Vlaamse Balies), Edward Janssens, et l'ancien président de l'Ordre des barreaux francophones et germanophone de Belgique, Patrick Henry. Cet après-midi, place à l'audition à huis clos de l'un des membres du "trio kazakh", Alijan Ibragimov.

Lors de son arrivée peu après 14h, son avocate, Véronique Laurent, a aussitôt demandé la parole au président de la commission afin de plaider le huis clos, ce qui a été accepté.

Une audition attendue

Le milliardaire kazakh Alijan Ibragimov, l'un des membres du fameux "trio kazakh" au même titre que Patokh Chodiev, a bénéficié en 2011 de la loi de transaction pénale élargie que venait de voter en toute hâte le Parlement. La commission d'enquête cherche à connaître les circonstances entourant le vote et l'application de cette loi alors qu'une cellule avait été mise en place à l'Elysée en vue d'éviter des ennuis judiciaires au trio. Dans cette cellule figurait l'ex-président du Sénat Armand De Decker (MR), aujourd'hui député bruxellois. Le trio était alors poursuivi dans le dossier Tractebel qui avait vu l'énergéticien sombrer après un investissement au Kazakhstan fin des années '90.

La commission d'enquête cherche aussi à savoir comment Patokh Chodiev et Alijan Ibragimov ont obtenu la nationalité belge alors que leurs liens avec la Belgique semblaient ténus. Jusqu'ici, Patokh Chodiev a fait savoir via ses avocats belges qu'il refusait, lui, d'être auditionné par la commission d'enquête, une décision qui, si elle venait à être confirmée, risquerait de l'entraîner dans de nouveaux ennuis judiciaires, en Belgique voire en Europe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK