Kazakhgate: Didier Reynders dément toute "sensibilisation"

Un courriel envoyé en juin 2011 par un ancien conseiller du président français Nicolas Sarkozy et publié vendredi par l'hebdomadaire "Le Vif" confirme l'implication de l'ancien ministre Armand De Decker dans l'adoption d'une disposition législative favorisant, via une transaction pénale, l'homme d'affaires belgo-kazakh Patokh Chodiev et deux de ses associés, proches du président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, et évoque aussi une "sensibilisation" de trois ministres fédéraux de l'époque, Stefaan De Clerck à la justice, Didier Reynders qui était alors aux Finances et Steven Vanackere aux Affaires étrangères.

Le contenu du mail avait déjà fuité dans la presse, mais aujourd'hui il est dévoilé dans son intégralité, et ces ministres sont pointés noir sur blanc. "Tout d'abord, il n'y a absolument rien de neuf, rétorque Didier Reynders. Cette publication intervient un an après la même publication dans le Vif. J'avais déjà eu l'occasion de démentir à l'époque: il n'y avait pas besoin de sensibiliser qui que ce soit puisque le projet de loi déposé faisait l'objet d'une décision du gouvernement. Gouvernement qui avait décidé de lever le secret bancaire en matière fiscale et d'étendre la transaction pénale dans les mêmes matières. Mon démenti est donc exactement le même que l'année dernière".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK