"C'est à Armand De Decker de juger s'il peut encore assumer ses mandats sereinement"

Armand De Decker (MR) doit faire un pas de côté : après son audition dimanche par le président de la Commission de conciliation et d'arbitrage du parti, François Xavier De Donnea, le Mouvement Réformateur a convenu d'une "mise en congé" du bourgmestre d'Uccle de "toutes ses fonctions internes" au parti.

Celui qui est également député bruxellois est pris dans la tempête de l'affaire Patokh Chodiev, du nom du milliardaire belgo-kazakh qui a échappé à une condamnation en Belgique grâce à une transaction pénale favorisée par l'adoption d'une disposition législative pour laquelle Armand De Decker aurait "sensibilisé" trois ministres fédéraux de l'époque, Stefaan De Clerck, Didier Reynders et Steven Vanackere.

Se posait le problème de l'éthique, et nous l'avons réglé

Au siège du MR ce lundi, les violons ont été accordés après la décision du commission de conciliation et d'arbitrage. L'information judiciaire étant toujours en cours, les réactions sont prudentes.

"Ça devenait très lourd, et il est vrai que ce n'est jamais évident quand on a des dossiers comme celui-là, reconnaît Pierre-Yves Jeholet, chef de groupe MR au parlement wallon. Je pense qu'il faut laisser faire le travail de la Justice. Se posait le problème de l'éthique, et nous l'avons réglé en commission d'arbitrage et nous allons continuer à en discuter."

Le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine est sur la même ligne : "Je pense que le comité de conciliation et d'arbitrage a pris la bonne décision, il fallait qu'un acte soit posé, et ça a été le cas. On va attendre les éléments de l'information judiciaire et ses conclusions. Et, le cas échéant, d'autres mesures seront prises à ce moment-là".

"On aborde la journée d'aujourd'hui avec l'impression d'avoir vraiment posé les actes qu'il fallait", a pour sa part déclaré Denis Ducarme, chef de groupe MR à la Chambre, qui avait indiqué dimanche sur le plateau d'À Votre Avis "qu'une Commission d’enquête sera nécessaire" dans ce dossier.

Le MR n'a pas le pouvoir de le contraindre à démissionner

Mais si le MR a écarté Armand De Decker de toutes les fonctions internes, il ne peut le forcer à démissionner de ses mandats de bourgmestre d'Uccle, ni de député bruxellois.

"Il a été élu par les citoyens, il a un mandat qui lui a été donné par les citoyens. Il a été élu sur la liste MR, mais le MR n'a pas le pouvoir de le contraindre à démissionner d'un mandat qui lui a été donné par les citoyens, commente le député fédéral Richard Miller. C'est une situation qui est embêtante, que je regrette, qu'avec tous mes collègues nous regrettons, et je pense que le président (Olivier Chastel, ndlr) a pris la bonne ligne de conduite."

C'est à lui de voir s'il est toujours en position d'assurer sereinement son mandat

Quant à la présidente du Sénat Christine Defraigne, elle estime qu'Armand De Decker – qui occupait la même fonction qu'elle à l'époque de la transaction pénale conclue par Chodiev – peut malgré tout prendre les devants concernant ses deux mandats.

"C'est à lui à prendre la décision, c'est à lui de voir s'il est toujours en position d'assumer sereinement son mandat de bourgmestre et de député (bruxellois), a-t-elle commenté. Pour des raisons juridiques, dirais-je – même si pour le moment il n'y a pas d'inculpation –, mais pour des raisons éthiques, morales et personnelles, c'est à lui de voir s'il est toujours en position d'assurer sereinement son mandat."

"Je ne veux pas jeter la pierre, je ne veux pas hurler avec les loups, parce que, vous savez, dans ce type de dossier, on a déjà vu des gens inculpés, des gens subir une procédure judiciaire et être acquittés, poursuit-elle. Il faut donc aussi être très prudent quand on manie ce genre de concept. C'est une situation difficile, délicate, humainement douloureuse et compliquée aussi. Il faut donc faire la part des choses avec raison et éthique."

Croisé par notre équipe à la sortie du siège du MR, le Premier ministre Charles Michel n'a pas voulu commenté l'information, renvoyant vers le président Olivier Chastel.

Ecolo appelle Armand De Decker à faire lui-même le choix de la démission

Outre le parti directement concerné, Ecolo a réagi par voie de communiqué ce lundi. Armand De Decker doit "faire preuve de considération à l'égard des citoyens bruxellois", lancent les Verts, en réaction à la "mise en congé" du bourgmestre d'Uccle et député bruxellois de "toutes les fonctions internes" au MR.

"Le parti d'Armand De Decker confirme par ce geste que ce dernier n'est plus digne de représenter le MR dans ses instances, au vu des éléments connus du dossier."

"On ne peut que le suivre", écrivent dans un communiqué des représentants bruxellois d'Ecolo et de Groen à propos de la décision prises par le MR ce dimanche.

Toutefois, poursuivent Zoé Genot, Bruno De Lille et Arnaud Pinxteren, "par égard pour les citoyens bruxellois et pour l'image des institutions démocratiques, les écologistes demandent également M. De Decker de faire un pas de côté dans sa fonction de bourgmestre et celle, honorifique, de vice-président du parlement".

Autrement dit, Ecolo appelle Armand De Decker à faire lui-même le choix de la démission.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK