#Investigation: maladie de Lyme, des patients en errance

Chaque année, 12 000 personnes, en moyenne, contractent la maladie de Lyme en Belgique. Officiellement du moins ! Car cette maladie serait largement sous-estimée. Investigation vous emmène dans cet univers trouble.

L’été est bien loin et pourtant, vous en gardez peut-être la trace dans votre chair … Après une promenade dans les bois ou tout simplement après une séance de jardinage, une tique s’est vissée dans votre peau avec le risque de contamination d’une bactérie, qui peut, parfois, se révéler dévastatrice dans l’organisme.

Cette expérience, Tanguy Dumortier, le présentateur de l’émission "Le jardin extraordinaire", l’a vécue il y a 4 ans après un tournage en forêt. Mordu par une tique, il s’est très vite senti mal, son corps commence à souffrir alors qu’il a 36 ans : "Il y a des matins où j’ai l’impression d’avoir 100 ans, je sais à peine me déplacer, j’ai mal aux muscles et je ressens une grande fatigue mentale…". Il a fallu deux années pour que les médecins lui diagnostiquent une maladie de Lyme…

Pourquoi, dans certains cas, semble-t-il si compliqué de mettre un nom sur cette maladie ?

Les médecins la connaissent-ils vraiment ?

Investigation a mené l’enquête…

"Quand vous tombez dans l’univers de la maladie de Lyme, vous découvrez un monde pourri!

Ces mots sont ceux de Loïc, une jeune homme de 26 ans touché par la maladie de Lyme. "En 9 ans, j’ai vu environ 70 médecins". Mais, selon lui, aucun ne parvenait à expliquer les raisons de ses souffrances. Jusqu’au jour, où, enfin, un médecin a décelé la maladie avec un test réalisé à l’étranger.  À ce moment-là, il a pu entamer un traitement plus adapté pour le soulager.

Quels traitements ? Désaccords au sein du monde médical

Le monde de Lyme divise, les experts s’opposent… À commencer par les tests de dépistage. En cas de suspicion de maladie de Lyme, le patient se fait dépister avec le test Elisa, test officiellement recommandé. Mais la fiabilité  de ses résultats est clairement remise en cause par certains. Le test Elisa ne détecterait que 6 malades sur 10 , selon une méta-analyse de l’Imperial Collège de Londres… D’autres tests sont pourtant disponibles sur le marché mais ils ne sont pas toujours reconnus, laissant planer un doute sur leur réelle efficacité.

Dans la majorité des cas, heureusement, un traitement de trois semaines d’antibiotiques suffit à guérir le patient. Pour d’autres, ce n’est pas toujours aussi facile…

Les médecins sont en désaccord sur la durée de ce traitement. Les guidelines préconisent un mois de traitement maximum. Frédéric Frippiat ne cesse de le répéter : pour ce chef de clinique des maladies infectieuse du CHU de Liège, "il faut faire un usage raisonné des antibiotiques, nous ne voulons pas faire une médecine inadéquate et ce pour protéger les patients".

"Scandale sanitaire"

Certains professionnels estiment pourtant que ce n’est pas assez dans des cas plus complexes et qu’il faut administrer des antibiothérapies sur plusieurs mois. Pour quelles raisons ? Les cures d’antibiotiques sont-elles réellement efficaces ? Comment réagissent les patients ? Le professeur Christian Perronne, chef du service infectiologie de l’hôpital Raymond Poincaré de Garches (France),  est un fervent défenseur de ces cures d’antibiothérapies pour ses patients, sur lesquels il affirme avoir des résultats positifs.  Il estime que "la maladie de Lyme est un scandale sanitaire mondial avec des millions de malades non diagnostiqués"

Des patients se retrouvent alors parfois de longues années dans une errance médicale avec des douleurs qu’il faut apprendre à gérer au quotidien. Pour y parvenir, ils tentent des thérapies alternatives avec plus ou moins de succès. L’hyperthermie en fait partie. Cette technique consiste à augmenter la température du corps jusqu’à 41 degrés. Le docteur Herzog, de la clinique du même nom en Allemagne, explique que "cela permet d’augmenter la réactivité du corps et d’améliorer les effets de l’antibiothérapie". 70 % des patients auraient,  selon Alexander Herzog, des effets positifs à long terme.

Des recherches sont actuellement menées pour tenter d’améliorer le diagnostic ou le traitement des malades atteints par la maladie de Lyme. Un défi majeur quand on sait que les populations de  tiques pourraient, avec les changements climatiques se développer davantage au cours des prochaines années.

Maladie de Lyme : archives du JT du 27/05/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK