#Investigation: la ministre Tellier veut renforcer le biomonitoring pour les riverains des broyeurs à métaux

Suite à l’émission #Investigation de mercredi 28 avril, dans laquelle nous avions testé les riverains du broyeur de Cometsambre à Châtelet et démontré qu’ils étaient trois fois plus exposés aux PCB, la ministre wallonne de l’Environnement Céline Tellier (Ecolo) a annoncé lundi vouloir renforcer le biomonitoring wallon par des études spécifiques autour des broyeurs à métaux afin d’objectiver l’exposition de la population à certains polluants.

La ministre a rencontré lundi les autorités communales de Courcelles, Charleroi, Châtelet, Aubange, Mons, Engis et Namur, à savoir les sept communes concernées par la présence de broyeurs à métaux sur leur territoire. "Cette rencontre a été l’occasion de faire le point sur la surveillance des broyeurs en cours depuis des années par l’administration wallonne et sur les contrôles destinés à vérifier que les normes des permis revus seront bien respectées", indique le cabinet de la ministre dans un communiqué, rappelant que les "broyeurs à métaux sont désormais soumis à des normes les plus sévères d’Europe et doivent s’y conformer dans le cadre de leur permis d’environnement revu".

La Ministre Ecolo a néanmoins annoncé sa volonté de lancer, en complément au biomonitoring wallon en cours, des analyses spécifiques destinées à pouvoir donner une information transparente aux riverains sur leur taux de PCB, des polluants organiques persistants, par rapport aux valeurs de référence en Wallonie. "Ces biomonitorings permettront d’objectiver l’effet sur la santé des dispositifs mis en place pour limiter les polluants", précise le communiqué.

Pour rappel, l'analyse des cheveux sur 50 personnes est une indication d'une exposition aux PCB plus élevée à Châtelet. Pour mesurer les risques réels, il est indispensable de réaliser des prises de sang ou des prélèvements d'urine. C'était la recommandation de plusieurs toxicologues universitaires rencontrés durant notre enquête.

La nouvelle a été saluée par ces experts. Pour Adrian Covaci, de l’université d’Anvers, c’est "la preuve que les décideurs politiques peuvent être convaincus de poursuivre une cause lorsqu’il y a suffisamment de preuves et de documentation". Lui et Corinne Charlier, Cheffe du service de Toxicologie au CHU de Liège, espèrent néanmoins que d’autres polluants (métaux lourds, phtalates, retardateurs de flamme...) seront aussi inclus dans les futures études.

Selon son communiqué, la Ministre entend par ailleurs renforcer le contrôle de la qualité des cours d’eau en lien avec les rejets des broyeurs à métaux et offrir un appui aux communes pour vulgariser l’information scientifique et améliorer l’information des citoyens sur la nature du risque et sur les mesures de précaution à prendre. Une campagne d’information complète sera coordonnée par la Région. "Autorités communale, régionale et judiciaire ont chacune un rôle à jouer pour faire appliquer les nouvelles normes imposées au secteur et sanctionner ceux qui ne les respectent pas. Les rapports de l’administration sont transmis aux bourgmestres concernés et les PV à la justice. Il n’y aura pas d’impunité pour les broyeurs à métaux qui ne respectent pas les normes", conclut la ministre.

Par ailleurs, suite à la diffusion de notre émission, de nombreuses réactions de riverains nous sont parvenues. Certains d’entre eux, habitants de la commune d’Obourg, envisagent de constituer un comité de riverains. D’autres avaient d’ailleurs déjà lancé une pétition contre ce même site, pétition qui a vu doubler le nombre de signataires après la diffusion de notre enquête.

Enfin, les lignes bougent également dans le sud du pays, dans la commune d’Aubange. Comme l’ont écrit nos confrères du Soir ce samedi 1er mai, le bourgmestre de la commune François Kinard a pris une décision forte : l’usine de recyclage de métaux Ecore ne doit pas fermer, mais elle est obligée de tourner au ralenti tant qu’elle n’aura pas installé des filtres pour limiter les émissions de PCB.


Revoir l’enquête d’Investigation du mercredi 28/04/2021
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK