Ethiopie : le rêve écologique d'un entrepreneur au cœur vert


7 images
Éthiopie : une vue à couper le souffle sur le parc national du Simien, magnifique chaîne de montagnes du nord du pays.
7 images
7 images Éthiopie : une vue à couper le souffle sur le parc national du Simien, magnifique chaîne de montagnes du nord du pays. - © Pascale Sury

La vue sur les montagnes du Simien, au nord de l’Éthiopie est époustouflante. Avec un peu d’imagination, le panorama offre, en un coup d’œil, un voyage dans cinq pays : là devant, c’est le Grand Canyon américain, cette montagne-là a tout de la Table mountain sud-africaine, de l’autre côté le Corcovado de Rio de Janeiro est juste à côté du Machu Picchu péruvien et, au loin se dressent les montagnes chinoises du Sichuan

Dagnew Demissie est tombé amoureux de cette vue à l’âge de 12 ans lors d’une balade avec sa tante et ses cousins, une famille de bergers. Il s’est juré de revenir y vivre quand il serait grand. "L’endroit était encore plus beau, entouré d’une ceinture verte, une ceinture faite entièrement de forêts", nous confie-t-il ! 

Aujourd’hui, le rêve est devenu réalité ! Dagnew est devenu propriétaire de ce haut plateau de Kossoye, un morceau de montagne de plus de 6 hectares au bord d’une falaise du Simien. L’homme, un passionné au cœur vert, a pourtant fait un détour étonnant. Poussé par son père à faire une carrière, il a d’abord étudié et développé son business à Addis Abeba, la capitale du pays. Un commerce lucratif d’importations de vêtements chinois. Pendant 12 ans, il travaille dur et comme il dit, "collecte son argent pour réaliser son rêve". 

Quelques années plus tard, le Befikir Kossoye Ecology Lodge est construit, un éco-lodge modeste entouré de potagers, d’une ferme, de villages très pauvres et d’une nature renaissante : "Quand je suis revenu ici, 12 ans plus tard, j’étais heureux de réaliser mon rêve, mais triste aussi. La déforestation était énorme. Pourquoi ? A cause de la pauvreté des villageois. Leur seul revenu était de couper les arbres pour en faire du charbon". Une situation dramatique au regard de l’érosion qui ravage les sols éthiopiens et accroît l’insécurité alimentaire.

Alors, il a commencé à replanter de tous côtés, redonner vie à une source, développer l’apiculture et former les villageois à faire plus de "money from honey" qu’en coupant les arbres. L’éco-lodge est le dernier maillon de la chaîne, un outil pour sensibiliser les locaux et les visiteurs à l’environnement mais surtout, pour procurer des emplois "verts" à quelques habitants de la région. "J’ai planté plus de 130.000 arbres endémiques depuis mon arrivée, ce n’était plus que de la roche ici ", dit-il en montrant la colline sous nos pieds, " j’y ai mis tout mon argent, j’ai vendu mon commerce, mon magasin, ma maison, tout ça pour des arbres !"

Le soleil se couche… Au loin, des dizaines de singes sautent de rochers en rochers, la région abrite des milliers de babouins Gélada. Un décor somptueux dans un pays très pauvre où les préoccupations écologiques doivent forcément passer au second plan chez les locaux face à la nécessité de nourrir la famille et de survivre. "L’environnement, c’est la vie. On est né de la Terre et on y retournera à notre mort. Entre les deux, on vit et on se nourrit de la Terre", explique Dagnew qui a la chance d’avoir gagné sa vie auparavant. "Tout vient de la nature. Il y a une croyance traditionnelle chez nous : si tu sèmes le bon, tu vas récolter le bon. Moi, je crois à cela et les gens doivent le faire."

Lors d’un voyage en Ethiopie, là où partout la vie bouillonne et bouscule le voyageur occidental, cette petite pause essentielle, au cœur d’une nature exceptionnelle, est pour le moins apaisante et revigorante !

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK