Les gilets jaunes ce samedi à Bruxelles: à quoi faut-il s'attendre?

Pour être franc, c’est une question à laquelle ni les forces de l’ordre, ni les gilets jaunes eux-mêmes ne peuvent répondre.

Jusqu'ici, la police n'a reçu aucune demande d'autorisation de manifester mais, sur les réseaux sociaux, certains appellent au rassemblement de groupes de Charleroi, Mons, Liège, Namur, Tournai et Bruxelles. D’autres invitent même les gilets jaunes "européens" et particulièrement français à rejoindre le mouvement dans la capitale de l’Europe. La solidarité des motards, camionneurs et agriculteurs est également sollicitée.

Il n’est cependant pas certain que ces appels à une mobilisation élargie soient entendus. Samedi, les gilets jaunes français seront encore concernés par des manifestations dans l’Hexagone, notamment à Paris. Quant aux camionneurs et agriculteurs, s’il est possible que certains rejoignent le mouvement de manière individuelle, le ralliement n'est pas encouragé par les organisations représentatives.

La Fédération unie de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs (Fugea) ne participera pas au rassemblement par crainte de débordements et parce que, selon elle, les revendications ne sont pas suffisamment claires. La Fugea dit néanmoins "comprendre" le mouvement des gilets jaunes. Les fédérations de transporteurs (Febetra, UPTR) sont sur la même ligne, craignant des actes de vandalisme qui pourraient être commis sur des camions si des casseurs s’infiltrent dans la manifestation.

Dispositif policier renforcé

Les zones de police locales bruxelloises et la police fédérale préparent ensemble la journée de samedi, en tenant compte des incertitudes liées au nombre de manifestants et en ayant en mémoire les violences commises par des casseurs vendredi. Les effectifs seront en tout cas renforcés. La police ne souhaite pas exposer les détails du dispositif en cours d’élaboration mais on sait qu’il y aura notamment six autopompes prêtes à intervenir, plutôt que trois le vendredi 30 novembre. Selon les informations recueillies par la RTBF, environ 800 policiers sont prévus à ce stade pour assurer le maintien de l'ordre, dont une trentaine de cavaliers.

Mobilisés au départ contre les prix du carburant, des citoyens vêtus de chasubles fluorescentes mènent des barrages et protestent depuis plusieurs semaines en France et en Belgique contre la précarité et l'ampleur des taxes qui les touchent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK