Gilet jaune de Feluy: coupable d'appel à la violence mais non condamné

Le tribunal correctionnel de Charleroi a décidé la suspension du prononcé pour Frédéric De Lel. Cet homme de 53 ans était accusé d'incitation à la violence dans le cadre des manifestations de gilets jaunes à Feluy.

La nuit du 19 au 20 novembre 2018, la situation est tendue dans le zoning de Feluy. Une manifestation des gilets jaunes dégénère, un camion est même brûlé. Dans ce contexte, un gilet jaune, Frédéric De Lel, accepte de répondre au micro d'un journaliste de la RTBF. 

"Faut nous aider, ou alors on va s'aider nous-mêmes. On a que ça à faire, foutre le feu à tout, tout casser pour qu'ils comprennent. Mais à mon avis, ils ne vont pas comprendre. Donc, on va devoir aller plus loin."

Incitation à la violence

Quelques jours plus tard, Frédéric De Lel est inculpé pour incitation à la violence. On ne lui reproche pas des actes de violence mais bien les paroles qu'il a exprimées devant la caméra. 

Son avocat, Maitre Gelay, demandait l'acquittement. Il a obtenu une suspension du prononcé. 

"Le tribunal a estimé que l'incitation à commettre un crime ou un délit était établi, que le comportement de mon client, c'était un peu comme allumer un briquet à côté d'une poudrière. Mais le tribunal a entendu aussi ma plaidoirie qui précisait que ce jugement ne devait pas être un jugement politique ou un jugement d'exemple. Il a entendu la situation privée de Monsieur De Lel. Cette suspension de prononcé, c'est un avertissement."

A la sortie de l'audience, Frédéric De Lel était optimiste. "Je suis soulagé, franchement. Là, je peux penser à autre chose. C'est clair que je n'abandonne pas le mouvement", confie l'homme de 53 ans. "Le côté positif, c'est que ça m'a fait rebondir encore plus sur le côté social. Ça va pouvoir me faire construire encore plus un mouvement citoyen, pacifiste."

La suspension du prononcé, ça veut dire quoi?

Frédéric De Lel est coupable d'appel à la violence mais le juge considère qu'il ne mérite pas de condamnation.

Le juge a expliqué qu'il fallait tenir compte du contexte particulier et du parcours de vie de l'accusé. Frédéric De Lel a un casier judiciaire vierge. Il devrait le rester s'il respecte sa période de suspension.

Frédéric De Lel peut faire appel de cette décision dans un délai de 30 jours ; il pourrait demander l'acquittement. Son avocat n'a pas encore communiqué sur le sujet. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK