Coronavirus : comment fonctionne la théorie du complot du belge Jean-Jacques Crèvecoeur ?

Le coronavirus fait le bonheur des gourous adeptes des théories du complot. Ces visages que vous voyez apparaître sur YouTube, et qui prennent parfois jusqu’à deux heures de votre temps pour vous convaincre que les "médias dominants vous mentent", ne sont pas des inconnus. Pendant ce temps (perdu), au moins, vous ne lirez pas les sources fiables d’information.

Commençons par Jean-Jacques Crèvecoeur, un Belge exilé au Québec. Il se présente comme conférencier et formateur en développement personnel. Né en 1962 à Tirlemont, il vit depuis 2004 au Canada. Il déclare avoir fait des études en "physique quantique théorique" (maîtrise aux Facultés universitaires de Namur), avoir obtenu une bourse de trois ans de doctorat, sans terminer sa thèse. Il prétend avoir aussi un diplôme en pédagogie et avoir fait deux ans d’études en philosophie générale à Namur.

Pedigree et rétroactes

En juillet 2012, il est dans le collimateur de la Miviludes en France (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) pour son soutien aux travaux du docteur Ryke Geerd Hamer, un pseudo-guérisseur allemand prophète de la "Médecine Nouvelle" qui encourageait ses patients notamment atteints de cancer à cesser leurs traitements médicaux. Le rapport de la Commission d'enquête du Sénat français sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé évoque Crèvecoeur à 5 reprises.

Hamer a été condamné pour exercice illégal de la médecine et mise en danger de la vie d’autrui. Le ministère de l’Intérieur français s’inquiète à l’époque de la venue de Jean-Jacques Crèvecoeur à un salon sur la santé à Saintes, et avertit le maire par courrier, pour signaler sa présence à la 14e université de l’environnement et de la santé, salon dédié aux médecines parallèles.

Le site Conspiracywatch cite Crèvecoeur parmi les conspirationnistes anti-vaccination. Son "combat" remonte déjà à la grippe A H1N1. Il dénonce la vaccination sur son site, en octobre 2009 : il la qualifie de "mensonge" qui se "perpétue depuis 140 ans".

"Décryptage" entre amis

Dans une vidéo de deux heures, intitulée "Le décryptage des enjeux cachés de la pandémie", qui fait plus de 300.000 vues sur YouTube, Jean-Jacques Crèvecoeur se fait inviter en direct par un vidéaste web adepte du crudivorisme et du jeûne, Thierry Casasnovas. En France, l’Union nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes, l’Unadfi, considère Thierry Casasnovas comme un charlatan, qui invite ses abonnés sous influence à manger crû pour traiter le diabète ou la dépression.

Nous avons pris la peine de regarder cette émission YouTube sur toute sa longueur. Du 11 septembre au COVID-19, "Tonton Jean-Jacques", comme l’appelle son comparse Casasnovas, conte tous les épisodes de la théorie du complot.

Après 16 minutes, ils ironisent ensemble sur les attentats contre les tours du World Trade Center : "Je venais d’émigrer pour la première fois au Québec […] en août 2001, et le 11 septembre 2001, je pense que je ne dois pas vous rappeler ce qui s’est passé…" Thierry Casasnovas reprend : "Il y a des buildings qui se sont précipités sur des avions, de mémoire". "Oui, c’est ça, c’est ça", ironise Crèvecoeur. "Des buildings tous feux éteints qui ont foncé sur des avions qui ne les ont pas vus, ils n’ont pas pu les éviter, et donc, il y a non seulement deux buildings qui se sont effondrés mais il y en a un troisième par solidarité qui s’est effondré aussi, c’était le WTC numéro 7" […] De nouveau je ne vais pas rentrer dans l’analyse de la version officielle, ça n’a pas d’importance, moi ce qui m’intéresse c’est qu’est-ce qu’on a fait de cet événement. Peu importe si c’est un événement qui a effectivement été mis en place par Al Qaïda ou par le Mossad, par la CIA etc."

Ce n’est pas "peu importe", dire cela, à propos de la vérité historique, c’est déjà mal parti. Mais ça permet à Jean-Jacques Crèvecoeur d’installer sa logique chez ses auditeurs : des événements ont lieu, et puis les dirigeants prennent des mesures provisoires de restriction des libertés, qui ensuite deviennent permanentes. Continuons patiemment l’écoute.

H1N1 et les "intuitions" pararéelles du gourou

Après une trentaine de minutes, on en vient à une phase un peu plus mystique : "Je suis parfois traversé par des intuitions qui me viennent d’on ne sait pas où, pour moi, les réalités invisibles sont des réalités tout à fait réelles, et je crois beaucoup au fait qu’on puisse accéder à des informations d’une autre manière que rationnellement et matériellement, même si je suis au départ physicien". Moi je ne suis pas un voyant, un trans communicateur, je n’entends pas de voix, je n’ai pas de visions, mais de temps en temps, quand j’en ai besoin, mais uniquement quand j’en ai besoin, boum ! Je reçois une information en me disant 'là, il faut que tu t’en occupes'. Et donc, c’est comme ça qu’au mois de juillet 2009, je me souviens, je pleurais deux à trois heures par jour étalé sur mon lit, parce que je sentais quelque chose de très grave arriver […] Ce n’est pas vrai, ils ne vont quand même pas faire ça à l’humanité […] Ils veulent instaurer une dictature médicale sous prétexte d’une pandémie".

Anti-vaccin, Crèvecoeur s’invente des complots selon un mode organisé : Banque Rothschild, Bill Gates, Fondation Rockfeller, tout y passe. Le monde tournerait selon des stratégies destinées à nous faire peur, pour ensuite nous contrôler. Petite touche messianique : "J’ai accepté la possibilité de me faire tuer par les compagnies pharmaceutiques, qui éliminent les chercheurs qui critiquent les mensonges autour de la vaccination".

Petite touche prophétique délirante : lorsque il accuse l'ancienne ministre française de la Santé Roselyne Bachelot, lors de la grippe H1N1, et les dirigeants de l'Hexagone d’avoir eu "l’idée de boucler quartier après quartier avec l’armée, et de vacciner porte à porte toutes les personnes dans le pays… " Ceci ne repose évidemment sur aucune preuve matérielle.

COVID-19 et "dictature"

Crèvecoeur part dans la même conspiration à propos du coronavirus actuel, prétendant disposer de documents et de sources confidentielles. Il donne aux "médias mainstream le prix Nobel de la manipulation". En la matière, il s’y connaît très bien : il fait croire à son auditoire que l’épidémie actuelle correspondrait à la mise en place d’une "dictature 3.0" afin de nous vendre des vaccins au bénéfice de Bill Gates, et de nous injecter un "gel nanotechnologique" pour nous identifier numériquement, grâce à la 5G.

A la fin de son exposé de 2 heures, l’homme qui publie des "conversations" sur YouTube (en réalité, des monologues) enjoint les spectateurs à la désobéissance civile : "On est revenu aux années 40, c’est ça que vous voulez ? C’est là où il faut se mettre debout et dire non, je ne mettrai pas de masques, je ne vais pas me faire tester, pas me faire vacciner". Et il enjoint les médecins à se retirer de l’Ordre des médecins.

Le complot comme anxiolytique

Le service de Fact-checking de l’AFP a visionné l’une de ces "conversations", le numéro 33, qui a fait 850.000 vues sur YouTube. La plateforme a entre-temps supprimé cette publication, pour non-respect du règlement de la Communauté YouTube (propagation de Fake News). Cette vidéo, publiée le 7 avril et intitulée "Coronavirus – se soumettre ou se mettre debout" contient au moins 5 affirmations fausses ou trompeuses. Olivier Klein, professeur de psychologie sociale à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université de Mons, a analysé sur son blog "Nous et les Autres" les mécanismes du complotisme sur nos émotions et nos cerveaux.

Mais comment fait Crèvecoeur pour réunir une si grande audience sur ses vidéos YouTube ? "Le principal mécanisme", nous dit Olivier Klein, "consiste à valoriser son audience en jouant sur son sentiment d’impuissance… Dans le contexte du confinement, on peut se sentir en effet impuissant, et à la merci des décisions gouvernementales qui nous échappent. Crèvecoeur nous dit que les autorités nous prennent pour des imbéciles et qu’il va nous révéler la vérité. Du coup, nous nous sentons plus malins et investis du devoir de partager cette vérité avec nous proches. Crèvecoeur parvient en quelque sorte à nous faire nous sentir mieux, plus intelligents, plus actifs et altruistes, puisque nous pouvons aider les autres à découvrir cette soi-disant vérité."

Pour Olivier Klein, le complotisme est un anxiolytique en période de crise et d’incertitudes. Comme il nous l’explique, "face à l’incertitude, il nous donne accès à une vérité, car s’il y a bien quelque chose de commun à tous les complotistes, c’est qu’ils sont sûrs qu’ils ont raison. Ce faisant, ces théories nous offrent un sentiment de contrôle sur la réalité qui nous entoure, et un moyen d’action. Crèvecoeur propose que nous sortions tous dans les rues, et résistions aux injonctions qui nous sont faites. Ces théories valorisent aussi notre estime de soi… "Contrairement à ces imbéciles qui croient aux sornettes du gouvernement, moi, je connais la vérité", peut se dire le complotiste. Enfin, et c’est fondamental, ces théories du complot relayées par Crèvecoeur nous donnent accès à une communauté. Car il n’est pas écouté par des gens isolés socialement. Il nous offre la possibilité de rejoindre la communauté de ses adeptes. En nous donnant une explication simple, d’une réalité complexe, ce type de personnage apaise notre angoisse, joue le rôle d’anxiolytique."