Bill Gates, cible numéro 1 des fake news sur le coronavirus

Quelle est la fake news la plus répandue sur le coronavirus ? Selon Zignal Labs, une société d’analyse des médias et le New York Times, c’est plutôt un paquet de fake news et d’intox qui touchent Bill Gates, le cofondateur de Microsoft. Le quotidien américain a analysé la charge conspirationniste contre Bill Gates : 16.000 posts Facebook et 10 vidéos YouTube, avec pas moins de 5 millions de vues. Le créateur de Microsoft a été mentionné 1,2 million de fois à la télévision et dans les médias sociaux entre les mois de février et d’avril. C’est 33% de plus que la 2e théorie du complot la plus partagée, celle qui lie erronément le coronavirus à la 5G.

Tout commence avec ce vieux discours de 2015, qui remonte à la surface, que vous avez sûrement revu les yeux écarquillés, et qui compte aujourd’hui 25 millions de vues sur YouTube : lors d’une conférence TED il y a 5 ans, Bill Gates a averti que le plus grand risque pour l’humanité était non pas la guerre nucléaire, mais un virus très dangereux.

Les anti-vaccins, les membres d’un groupe conspirationniste baptisé QAnon, et certains membres de la droite américaine s’en emparent : pour eux, ce discours est la preuve que Bill Gates avait prévu l’épidémie de COVID-19, pour tirer bénéfice de la création d’un vaccin. Résumons : Bill Gates aurait "créé le COVID-19", afin d’instaurer un mécanisme de surveillance mondiale au travers d’un vaccin obligatoire. Voilà ce que répandent les partisans américains de cette théorie du complot.

La critique de Donald Trump

Bill Gates a quitté le conseil d’administration de Microsoft en mars 2020. Il dirige aujourd’hui une fondation. Il finance des projets philanthropiques, notamment dans le domaine de la santé. Il adopte également des positions politiques. Il a ainsi critiqué la décision de Donald Trump de suspendre la contribution américaine à l’OMS, l’Organisation mondiale de la Santé. Il a ensuite augmenté son financement à l’égard de l’OMS, en passant de 100 à 250 millions de dollars.

Le Dr Fauci également visé

Le Dr Anthony Fauci, l’expert américain qui apparaît régulièrement auprès de Donald Trump lors de ses conférences de presse, est une autre cible pour les conspirationnistes. Toujours selon le New York Times, environ 70 comptes Twitter ont relayé le hashtag #FauciFraud. Certains ont même posté jusqu’à 795 fois par jour. Des conservateurs et trumpistes ont relayé cette campagne.

Donald Trump a même retweeté un tweet contenant le hashtag #virezFauci, après que le Dr Fauci ait répondu à une interview sur CNN, à une question hypothétique : un traitement et une prise en charge plus rapide auraient-ils pu éviter des morts ?

 

En conclusion, les partisans de Donald Trump ont trouvé quelques boucs émissaires au coronavirus : Bill Gates et le Dr Fauci. Certaines publications sur Facebook établissent même un faux lien entre la philanthropie de Bill Gates et le fait que le Dr Fauci ait accueilli avec réserve l’enthousiasme présidentiel sur l’hydroxichloroquine.