Terrorisme: détention prolongée d'un mois pour sept suspects, une remise en liberté

Dossiers terrorisme: qui est en chambre du Conseil ce jeudi?
Dossiers terrorisme: qui est en chambre du Conseil ce jeudi? - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Une dizaine de suspects dans des dossiers de terrorisme comparaissaient devant la chambre du conseil de Bruxelles ce jeudi.

Arrêtés dans le cadre d'un dossier "terrorisme" (sans plus de précision du parquet), Mohamed B., Yassine Attar et Aboubaker O. ont vu leur détention prolongée d'un mois. Ils avaient été privés de liberté le 27 mars dernier lors d'opérations policières à Bruxelles, Malines et Duffel.

Attentats de Paris

Dans le cadre du dossier des attentats de Paris, la chambre du conseil de Bruxelles a prolongé d’un mois la détention de Salah Abdeslam, qui est en attente d'un transfèrement vers la France, et de Monir Ahmed Alaaj (alias Amine Choukri). Ce dernier avait été interpellé avec Salah Abdeslam à Molenbeek. 

La détention de Mohammed Amri a également été prolongée d'un mois. Il est soupçonné d’être l’un des artificiers des attentats. Il était allé chercher Salah Abdeslam à Paris le 13 novembre, après les attentats. Il est inculpé pour participation à un attentat terroriste et participation aux activités d'un groupe terroriste.

Même sort pour Zakaria Jaffal. Il avait interpellé le 20 janvier à Molenbeek et considéré comme un proche d'Abdelhamid Abaaoud.

Deux suspects remis en liberté conditionnelle

La chambre du conseil de Bruxelles n'a pas prolongé la détention préventive d'Abdeilah Chouaa, qui avait été privé de liberté le 25 novembre 2015 dans le cadre du dossier concernant les attentats à Paris. L'homme a été remis en liberté moyennant le respect de strictes conditions.

Interpellé le 23 novembre 2015, Abdeilah Chouaa, 34 ans, est le fils d'un imam de Molenbeek. Sa famille a vécu notamment à Verviers avant d'habiter à Molenbeek.

Le soir des attentats à Paris, Salah Abdeslam aurait cherché à contacter Abdeilah Chouaa, qui travaille à l'aéroport de Zaventem, via Naïm B., un détenu de la prison de Namur, qui était en possession du numéro de téléphone de ce dernier. Salah Abdeslam espérait vraisemblablement qu'Abdeilah Chouaa, un proche de Mohamed Abrini, puisse l'aider à se constituer une nouvelle identité.

Le numéro de téléphone d'Abdeilah Chouaa a été retrouvé sur un papier dans la cellule du détenu Naïm B. à la prison de Namur. Salah Abdeslam a rendu visite à ce dernier peu avant les attentats. Abdeilah Chouaa a par ailleurs conduit en été dernier, en compagnie d'Ahmed Dahmani, Mohamed Abrini à l'aéroport de Bruxelles puis a été le chercher, seul, à Paris au retour de son ami de Turquie.

Abdellah C. a lui aussi été remis en liberté moyennant de strictes conditions.

Un inculpé comparaissait ce jeudi matin dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris. Il s'agit de Mohamed Bakkali, appréhendé le 26 novembre à Bruxelles. Il est inculpé d'assassinats terroristes et de participation aux activités d'un groupe terroriste. Sous une fausse identité, il aurait loué un appartement à Schaerbeek, rue Henri Bergé, où ont été retrouvées des empreintes de Salah Abdeslam. Les enquêteurs avaient découvert à son domicile une vidéo témoignant de l'espionnage d'un responsable d'un site nucléaire de Mol. Mais son rôle dans les attentats reste peu clair.

Comparses de Reda Kriket

Dans le dossier "Reda Kriket", du nom de cet homme arrêté à Argenteuil en France, qui préparait un nouvel attentat, la chambre du conseil de Bruxelles a prolongé d’un mois la détention préventive de Rabah M. et  Abderrahmane Ameuroud, tous les deux de nationalité algérienne.

Abderrahmane Ameuroud avait été arrêté le 24 mars près de la place Meiser à Schaerbeek, inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste. Il avait été condamné pour complicité dans l'assassinat du commandant Massoud.

Rabah M. avait été interpellé à Saint-Gilles le 25 mars.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK