Loverval : rencontre avec un survivant des attentats, une semaine après

La semaine dernière nous avions rencontré Dominique Denoël, l'un des survivants de l'attentat à la station de métro Maelbeek. Soigné pour de graves brûlures à l'IMTR près de Charleroi, son témoignage débordait d'optimisme. Nous sommes retournés le voir.

Une semaine après les attentats, les marques physiques sur son visage commencent à s'estomper. Le moral est bon et la guérison suit son cours. "Physiquement très bien, je sens que la récupération avance bien et que je vais tout récupérer. Visuellement, c'est encourageant et au niveau de la mobilité de la main, c'est bon aussi. Je commence à beaucoup dormir, je prends moins de médicaments. Mais c'est toujours très choquant. Je revois beaucoup d'images et je suis toujours extrêmement touché quand je revois des témoignages à la télé."

Un retour très encadré

Tout n'est pourtant pas simple pour autant. La sortie de l'hôpital et le retour à la maison sont prévus pour ce jeudi. Un retour qu'appréhende quand même un peu Dominique. Le service des grands brûlés de Loverval met tout en place pour que cela se passe le mieux possible. Sophie Verhaegen, kinésithérapeute nous explique le suivi mis en place:  "On va être attentif à comment il vit le quotidien : ses cicatrices mais également par rapport à son état général et à la reprise de ses activités."

Un service rompu à affronter le drame

Au total 4 personnes ont été hospitalisées dans ce service suite aux attentats du 22 mars. Une situation exceptionnelle mais à laquelle les équipes du service des grands brûles ont su faire face. "Les équipes ici travaillent toujours dans le drame que ce soit un incendie, un accident de voiture ou d'autres catastrophes qui peuvent provoquer des brûlures. Mais ici il y avait une circonstance psychologique en plus", nous explique le Dr Ventura, le directeur médical du service.

Des équipes médicales performantes qui soignent donc des patients tant pour leurs blessures physiques graves que pour les blessures psychologiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK