Le système de communication Astrid de la police a été saturé pendant les attentats

La police a été contrainte de communiquer via Whatsapp pendant les attentats
2 images
La police a été contrainte de communiquer via Whatsapp pendant les attentats - © Tous droits réservés

La commissaire générale de la police fédérale Catherine De Bolle a demandé une enquête sur la panne du réseau de communication Astrid, destiné aux services de secours et de sécurité, après l'attentat perpétré dans l'aéroport de Zaventem. 

Le système n'aurait pas fonctionné pendant des heures. En conséquence de cela, les opérations de secours menées par la police ont été rendues plus difficiles. Selon un agent, les services ont dû communiquer via l'application Whatsapp, écrivent le Nieuwsblad et la Gazet van Antwerpen samedi.

Un porte-parole de la police confirme que lors des opérations de secours et de sécurisation, tout ne s'est pas déroulé comme prévu mardi.

Du côté du système Astrid, Frédéric Langhendries, responsable de la communication, explique qu'il ne s'agissait pas d'une panne mais plutôt d'une surcharge. "L'afflux des services de secours et le fait que les attentats ont eu lieu dans un laps de temps et dans un espace réduits ont fait que le système radio a été saturé. Certaines personnes n'ont pas pu utiliser les communications et avoir des communications rapides. Nous avons envoyé un camion mobile pour améliorer la situation".

La saturation aura quand même duré deux heures...

"Pas de panne globale"

"Le réseau de radiocommunication, qui couvre l'ensemble du territoire, n'a pas connu de panne globale. Après les attentats à l'intérieur de la station de métro, les antennes-relais situées dans les environs des attentats ont été saturées. Du fait du caractère exceptionnel de la situation d'urgence (...), certaines antennes-relais du réseau radio ont reçu, en l'espace de quelques heures et dans un rayon limité, une quantité inédite de communications. Les services de secours et de sécurité ont reçu des demandes de renforts des quatre coins du pays, ce qui a généré un trafic radio exceptionnel. Par ailleurs, la panne des réseaux GSM commerciaux a entraîné une explosion des communications radio."

Quant aux numéros 101, 100 et 112, s'ils ont été fortement sollicités également, "ils ont continué à bien fonctionner".

Après les attentats, Astrid a procédé conjointement avec les utilisateurs à une analyse de son fonctionnement, "tant sur le plan technique qu'opérationnel. "Des lignes d'action et recommandations concrètes en termes d'utilisation des radios et de formation ont été définies. Une optimisation technique du réseau avait déjà été prévue dans le plan d'entreprise approuvé par le conseil d'administration", conclut-on.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK