Commission "Attentats": fallait-il fermer le métro? "On n'a rien à voir avec cela!"

Commission "Attentats": le commandant des pompiers du Brabant flamnd sème la confusion
Commission "Attentats": le commandant des pompiers du Brabant flamnd sème la confusion - © DIRK WAEM - BELGA

Le 22 mars dernier, pourquoi le métro bruxellois n'a-t-il pas été fermé avant l'attentat de Maelbeek, alors que la fermeture avait été décidée 20 minutes plus tôt ? La question était au centre des auditions de la Commission sur les attentats ce lundi.

Pour Hubert Veyt, Directeur des opérations de la police administrative, ce n'était pas à ses services de prévenir la STIB. "Les communiqués destinés à des services externes ne sont jamais diffusés par nos canaux. On a rien à voir à voir cela !", a martelé le commissaire divisionnaire devant les députés.

Des interprétations distinctes

Jusqu'à présent, les différentes auditions avait mis en lumière une certaine confusion à propos de la communication d'une information cruciale: fermer le métro. Le directeur de la STIB, Mr De Meeus, avait par exemple clairement expliqué que c'était à la police fédérale d'informer la société des transports bruxellois. Un élément confirmé par le directeur du centre de crise fédéral, Mr Lefèvre, lors de son audition devant la commission.

Et l'audition de ce lundi suscite des interrogations auprès des députés car elle contredit les propos jusqu'ici communiqués à la Commission.

Qui, alors, aurait dû avertir la STIB en lui expliquant que le métro devait être fermé ? Hubert Veyt élude la question: "Il y a eu des interprétations distinctes". Des "interprétations "qui ont été "évacuées", selon le commissaire, par un arrêté royal du 24 mai 2016, transposant le nouveau plan d'urgence en cas de terrorisme.

En clair, depuis les attentats, les différentes autorités ont clarifié les procédures et c'est au centre crise, et plus précisément au haut représentant de la région bruxelloise présent au centre de crise, à présent, de contacter la STIB dans de pareilles circonstances.

Désormais, le couac a donc été réglé. Il reste cependant les interrogations autour des communications du 22 mars dernier...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK