Perquisitions, arrestations... Le point sur les enquêtes liées aux attentats

Beaucoup de noms ont été cités depuis le mardi 22 mars 2016.
Beaucoup de noms ont été cités depuis le mardi 22 mars 2016. - © T. Mignon avec BELGAIMAGE

Mardi 22 mars 2016, Bruxelles est frappé par des attaques terroristes. Une enquête est ouverte. Des perquisitions, des opérations policières. Des suspects. Et, rapidement, des noms. Des noms qui resurgissent. Et de nouveaux noms.

Dès le lendemain, les frères Ibrahim El Bakraoui et Khalid El Bakraoui sont identifiés comme deux des kamikazes. Le premier à Brussels Airport, le second à la station de métro Maelbeek. Des perquisitions sont menées à leurs domiciles dans la foulée, sans donner de résultats.

Jeudi, six personnes sont interpellées à Schaerbeek, Jette et Bruxelles. Quatre seront remises en liberté. Seuls Fayçal Cheffou ainsi qu'un dénommé Abu Bakr A. sont maintenus en détention et seront finalement placés sous mandat d'arrêt deux jours plus tard. Toujours le jeudi, un homme, Reda Kriket, est arrêté à Argenteuil, en région parisienne.

Vendredi, trois personnes sont interpellées, respectivement à Forest, Saint-Gilles et Schaerbeek. La première sera relâchée, les autres seront inculpées.

Samedi, un Algérien recherché par la Belgique est arrêté en Italie : Djamal Eddine Ouali, soupçonné d'avoir fourni des faux passeports à plusieurs suspects.

Dimanche, neuf personnes sont interpellés, dont six seront remises en liberté. Les trois autres, Yassine Attar, Mohamed B. et Aboubaker O., seront inculpés lundi, mais seraient liés à un nouveau dossier terrorisme. Le dimanche toujours, un homme, Anis B., est également arrêté à Rotterdam, aux Pays-Bas.

Lundi 28 mars, Fayçal Cheffou est relâché par la justice, faute de preuves.

Le vendredi 1er avril, un individu est interpellé à Bruxelles. Présenté comme Yassine Alami, il est le troisième homme inculpé dans le cadre de l'enquête lié à Reda Kriket.

Une semaine plus tard, le suspect-clef Mohamed Abrini est arrêté à Anderlecht. Le même jour, Osama Krayem, Hervé B.M. et Bilal El Makhoukhi rejoignent la longue liste des suspects de cette enquête.

Mardi 12 avril, on apprend l'inculpation de deux nouveaux suspects, les frères Smaïl et Ibrahim Farisi.

Seize hommes, quatre pays... et trois enquêtes ?

Au total, treize personnes ont donc été inculpées et/ou maintenues en détention en Belgique depuis les attentats du mardi 22 mars :

  • Abu Bakr A.
  • Rabah N.
  • Abderrahmane A.
  • Yassine Attar
  • Mohamed B.
  • Aboubaker O.
  • Yassine Alami
  • Mohamed Abrini
  • Osama Krayem
  • Hervé B.M.
  • Bilal El Makhoukhi
  • Smaïl Farisi
  • Ibrahim Farisi

Auxquels s'ajoute Fayçal Cheffou, un temps inculpé, mais finalement relâché le lundi 28 mars.

Plusieurs personnes ont été interpellées dans d'autres pays :

  • Reda Kriket (France)
  • Djamal Eddine Ouali (Italie)
  • Anis B. (Pays-Bas)

Trois des onze individus aujourd'hui entre les mains des autorités belges, interpellés à Saint-Gilles, Schaerbeek et Bruxelles, sont d'ailleurs liés au premier homme, Reda Kriket, et à l'enquête, menée en France, concernant de nouveaux projets d'attentats – déjoués – à Paris. Ce sont Rabah N., Abderrahmane A. et Yassine Alami.

Djamal Eddine Ouali, interpellé en Italie, et Anis B., interpellé aux Pays-Bas, seraient eux aussi liés à Reda Kriket, même si le premier aurait aussi été en contact avec le suspect des attentats de Paris Salah Abdeslam, l'un des kamikazes de Brussels Airport Najim Laachraoui, et Mohamed Belkaïd, autre suspect des attentats de Paris qui avait été abattu à Forest le 15 mars.

Quant à Yassine Attar, Mohamed B. et Aboubaker O., il s'agirait selon nos informations d'une nouvelle enquête terrorisme.

Abu Bakr A., Mohamed Abrini, Osama Krayem, Hervé B.M., Bilal El Makhoukhi et les frères Farisi sont les suspects maintenus en détention et inculpés dans le cadre de l'enquête des attentats de Bruxelles.

Mohamed Abrini est également inculpé dans le dossier des attentats de Paris.

Les différentes enquêtes en cours – concernant respectivement les attentats de Paris, les attentats de Bruxelles et les nouveaux projets d'attentats à Paris – peuvent potentiellement intégrer des éléments communs.

 

Ci-dessous le fil de l'enquête depuis les attentats de Bruxelles :

MARDI | 22 MARS 2016

Le parquet fédéral confirme qu'il s'agit "d'attaques terroristes". Une enquête est immédiatement ouverte par la section anti-terroriste du parquet.

Une photo de trois hommes suspects prise à Zaventem est diffusée. Deux seraient morts; le troisième, au chapeau et à la veste claire, est "activement recherché". Un avis de recherche est diffusé.

De premières perquisitions sont menées en plusieurs endroits du pays, notamment à Jette et à Schaerbeek :

  • Rue Max Roos, "15 kilos d'explosif de type TATP, 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, une valise remplie de clous et de vis ainsi que du matériel destiné à confectionner des engins explosifs" sont découverts dans un appartement du numéro 4
  • Deux autres perquisitions, menées à d'autres adresses de la même rue se sont révélées négatives
  • Un ordinateur, contenant ce qui est présenté comme le testament d'Ibrahim El Bakraoui, est par ailleurs retrouvé dans une poubelle de cette même rue Max Roos
  • Lors d'une perquisition à Schaerbeek – le parquet n'a pas donné plus de détails sur la localisation –, un individu a été interpellé. Il sera remis en liberté "après audition approfondie"

Le parquet de Paris ouvre une enquête, côté français, sur ces attentats à Bruxelles.

MERCREDI | 23 MARS 2016

Deux suspects sont identifiés :

Ibrahim El Bakraoui est identifié comme l'un des kamikazes de Zaventem, il est l'homme au centre de la photo diffusée par les services de police.

  • Son frère, Khalid El Bakraoui, est également identifié : il est le kamikaze de la station de métro Maelbeek.

Deux perquisitions sont menées dans la matinée au domicile d'Ibrahim El Bakraoui et au domicile de Khalid El Bakraoui, tous deux situés sur le territoire de la commune de Bruxelles, sans que davantage de précisions ne soient données. Les résultats seront négatifs.

On apprend que les suspects de l'aéroport de Zaventem sont arrivés en taxi, ce qui a ainsi permis de retrouver l'adresse de leur départ, rue Max Roos à Schaerbeek, y déclenchant ainsi les perquisitions de la veille.

JEUDI | 24 MARS 2016

Une vaste opération de police est menée en début de soirée en différents endroits de la Région bruxelloise :

  • Place Poelaert à Bruxelles : trois personnes sont interpellées, les dénommés Fayçal Cheffou, Khalid A. et Mariam A.
  • Perquisitions à Bruxelles et Schaerbeek : résultats non communiqués
  • Avenue du port à Bruxelles : une personne interpellée sur la voie publique, nommé Ali E.
  • Ring de Bruxelles, sortie Jette : deux personnes interpellées, dont un certain Abu Bakr A. (dans un premier temps orthographié Abou A., puis Aboubakar A. par le parquet fédéral), alors qu'ils quittaient le Ring à bord de leur véhicule

En France, un homme est arrêté dans la soirée à Argenteuil, en région parisienne. Il s'agit de Reda Kriket, recherché depuis août 2015, il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen. Il sera inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste. Il est soupçonné d'avoir projeté un nouvel attentat à Paris. Des fusils d'assaut et des explosifs ont été découverts dans un appartement en banlieue parisienne signalé par Kriket.

VENDREDI | 25 MARS 2016

Plusieurs opérations policières sont menées, dont trois perquisitions :

  • Rue de Belgrade à Forest : une perquisition débouche sur l'arrestation de Tawfik A., blessé à la jambe dans l'opération
  • Rue de Mérode à Saint-Gilles : perquisition, et arrestation de Rabah N., dans le cadre de l'enquête sur des projets, déjoués, de nouveaux attentats à Paris
  • Place Meiser à Schaerbeek : neutralisation puis arrestation d'un homme à l'arrêt de tram avenue Rogier, un dénommé Abderrahmane A. (d'abord orthographié Abderamane A. par le parquet fédéral), blessé à la jambe; il est lui aussi lié à l'arrestation d'Argenteuil, et dès lors aux projets d'attentats à Paris
  • Avenue des Cerisiers à Schaerbeek : perquisition, pas d'interpellation

Le parquet fédéral confirme officiellement que le second kamikaze de Zaventem est bien Najim Laachraoui, à gauche sur la photo des trois suspects à Zaventem diffusée par les autorités.

Ali E., interpellé le jeudi avenue du port à Bruxelles, et Khalid A. et Mariam A., interpellés le même jour place Poelaert, ont tous été remis en liberté.

SAMEDI | 26 MARS 2016

Le parquet fédéral indique qu'une perquisition a été menée au domicile de Fayçal Cheffou : aucune arme ni explosif n'est trouvé.

Il confirme par ailleurs trois mandats d'arrêts :

  • Fayçal Cheffou est "inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, assassinats terroristes et tentative d'assassinats terroristes"
  • Rabah N., arrêté à Saint-Gilles vendredi, est inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste
  • Interpellé le jeudi dans un véhicule sortant du Ring de Bruxelles à Jette, Abu Bakr A. est inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste

Deux personnes sont remises en liberté :

  • Tawfik A. est remis en liberté "après audition approfondie"
  • La personne interpellée le jeudi avec Abu Bakr A. dans ce véhicule a elle été relâchée après audition

Par ailleurs, la privation de liberté d'Abderrahmane A., suspect arrêté vendredi à l'arrêt de tram Meiser, est prolongée de 24 heures.

En Italie, un Algérien identifié comme Djamal Eddine Ouali, recherché par la Belgique, est arrêté à Bellizzi. Il est suspect d'avoir fourni de faux papiers à Najim Laachraoui (kamikaze de Zaventem), Salah Abdeslam (suspect des attentats de Paris) et Mohamed Belkaïd (abattu lors de la perquisition menée le 15 mars rue du Dries à Forest).

DIMANCHE | 27 MARS 2016

Treize perquisitions sont menées en matinée : quatre à Malines, une à Duffel (Anvers), trois à Bruxelles, trois à Laeken, une à Molenbeek-Saint-Jean et une à Anderlecht. Au total, neuf personnes sont interpellées, dont cinq seront relâchées après audition approfondie. Le ou les enquêtes concernées par cette salve de perquisitions n'ont pas été précisées par le parquet fédéral.

Ce dernier annonce également qu'Abderrahmane A., arrêté vendredi à proximité de la place Meiser, est placé sous mandat d'arrêt et inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste. Le parquet refuse par ailleurs de préciser l'identité de ce suspect qui, selon nos informations, est Abderrahmane Ameuroud, un Algérien condamné pour complicité dans l'assassinat du commandant Massoud.

Aux Pays-Bas, un Français, Anis B., est arrêté par la police néerlandaise à la demande de Paris. Il est suspecté "de préparation d'un attentat terroriste" et serait lié à Red Kriket, arrêté jeudi à Argenteuil.

Enfin, la justice belge demande le transfèrement de Djamal Eddine Ouali, l'Algérien arrêté la veille en Italie.

LUNDI | 28 MARS 2016

Dans la matinée, la police fédérale diffuse une vidéo du troisième suspect de l'aéroport de Zaventem, le fameux "homme au chapeau". L'avis de recherche est donc développé alors que plusieurs médias présentent toujours Fayçal Cheffou, arrêté jeudi et inculpé samedi, comme étant ce potentiel complice de Najim Laachraoui et Ibrahim El Barkaoui.

Mais, en fin d'après-midi, le parquet fédéral annonce justement que ce suspect, Fayçal Cheffou, est remis en liberté faute de preuves pouvant conforter les indices qui avaient entraîné son arrestation quatre jours plus tôt.

Le parquet communique par ailleurs que trois des neufs personnes interpellées lors des opérations policières de dimanche, menées à Malines, Bruxelles et Duffel, sont inculpées de participation aux activités d'un groupe terroriste : il s'agit de Yassine Attar, Mohamed B. et Aboubaker O. Ces personnes seraient liées à un nouveau dossier terrorisme, distinct de l'enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris et du 22 mars à Bruxelles, ou encore des nouveaux projets d'attentats à Paris mis en lumière par l'arrestation de Reda Kriket à Argenteuil. La quatrième personne qui était encore privée de liberté a été relâchée, sans être inculpée, après audition.

Deux perquisitions ont aussi été menées à Courtrai, à la suite d'une information transmise par le parquet fédéral faisant "mention d'un risque terroriste". Une enquête a été ouverte, mais les résultats se sont révélés négatifs.

Suite à l'arrestation d'Anis B., le Français arrêté à Rotterdam, plusieurs perquisitions ont également été entreprises par la police néerlandaise. "Des téléphones, des cartes SIM, des disques durs, de l'argent, des munitions et des drogues ont été saisies", indique le parquet néerlandais.

MARDI | 29 MARS 2016

En matinée, Olivier Martins, l'avocat de Fayçal Cheffou, cet individu soupçonné d'être le complice de Najim Laachraoui et Ibrahim El Bakraoui, communique l'alibi de son client à la RTBF : "Un alibi au niveau de la téléphonie, disant qu'il était chez lui au moment des attentats". Il précise que son client "criait son innocence, et qu'en même temps il était très sûr de lui", et ajoute qu'il saisira la chambre des mises en accusation pour régler la procédure qui devrait selon lui mener Cheffou à être "complètement écarté de ce dossier".

La police fédérale annonce dans la journée avoir reçu 51 signalements du troisième suspect de Brussels Airport, surnommé "l'homme au chapeau", confirmant dans le même temps qu'il n'a toujours pas été identifié.

MERCREDI | 30 MARS 2016

Les suspects Radah N. et Abderrahmane A., tous deux interpellés et privés de liberté le 25 mars dernier dans le cadre de l'enquête sur les projets de nouveaux attentats à Paris, devaient comparaître devant la chambre du conseil de Bruxelles. L'audience est finalement reportée au 7 avril, à la demande de leurs avocats.

Le parquet fédéral annonce par ailleurs que la chambre du conseil de Liège prolonge pour un mois la détention d'Abu Bakr A., interpellé le jeudi à la sortie du Ring de Bruxelles à Jette et dont le dossier est pris en charge par un juge liégeois.

JEUDI | 31 MARS 2016

Une opération policière est menée à Marke, à proximité de Courtrai, en lien avec le projet d'attentat déjoué en France. Aucun résultat n'est communiqué.

Dans l'enquête concernant les attentats de Bruxelles, plusieurs médias évoquent un nouveau nom : Naïm Al Hamed, individu dont les empreintes digitales auraient été découvertes dans la planque de Schaerbeek, rue Max Roos. Le parquet ne fait aucun commentaire à ce propos.

VENDREDI | 01 AVRIL 2016

Un troisième homme, Yassine Alami, est interpellé dans le centre de Bruxelles dans le cadre de l'enquête lié à Reda Kriket, le présumé terroriste arrêté à Argenteuil en France. Il est inculpé pour participation à un groupe terroriste et placé sous mandat d'arrêt le 1er avril.

On apprend également que la justice italienne autorise l'extradition vers la Belgique de l'Algérien Djamal Eddine Ouali, qui aurait fourni de faux papiers à Najim Laachraoui, Salah Abdeslam et Mohamed Belkaïd.

SAMEDI | 02 AVRIL 2016

Le parquet fédéral indique que l'appartement de la rue Max Roos à Schaerbeek, d'où sont partis les kamikazes de Brussels Airport, a été loué sous le faux nom portugais de "Miguel Dos Santos", une fausse identité derrière laquelle se cachait Ibrahim El Bakraoui.

LUNDI | 04 AVRIL 2016

L'ordinateur retrouvé dans une poubelle de la rue Max Roos à Schaerbeek révélerait de nouveaux éléments selon plusieurs médias. Après y avoir découvert le "testament" d'Ibrahim El Bakraoui, un autre message du même kamikaze ferait cette fois mention de différents suspects interpellés pour complicité et de leur action dans la préparation de l'attentat-suicide. Selon Ibrahim El Bakraoui, ces "aidants" ne savaient pas à quoi ils coopéraient.

Parmi ceux-ci, Mohamed Bakkali est considéré comme l'homme qui a loué l'appartement rue Henri Bergé à Schaerbeek, perquisitionné le 10 décembre dernier. Des ceintures d'explosifs pour les attentats de Paris y avaient été fabriquées. Il aurait aussi loué une maison à Auvelais, près de Namur, où d'autres ceintures explosives avaient également été assemblées. Qu'il n'ait pas été au courant de l'objectif final semble donc peu probable aux yeux des enquêteurs.

MERCREDI | 06 AVRIL 2016

La chambre du conseil prolonge d'un mois la détention préventive de Yassine Alami, interpellé le 1er avril dans le centre de Bruxelles, dans le cadre de l'enquête sur les projets d'attentats déjoués en France.

Le suspect nie les faits de terrorisme, mais reconnaît avoir été en contact avec Reda Kriket en vue de commettre, non pas des attentats, mais bien de nouveaux vols.

JEUDI | 07 AVRIL 2016

Le parquet fédéral dévoile un nouvel avis de recherche concernant "l'homme au chapeau" aperçu à Zaventem aux côtés des kamikazes Najim Laachraoui et Ibrahim El Bakraoui. L'enquête a pu retracer son parcours après l'attentat à l'aéroport. Les enquêteurs espèrent que quelqu'un pourrait l'avoir reconnu. Une vidéo et des photos sont diffusées.

Parallèlement, Salah Abdeslam comparaît en chambre du conseil à Bruxelles. Il n'est pas inculpé dans les attentats de Bruxelles. Mais est toujours sous mandat d'arrêt en Belgique pour la fusillade contre des policiers rue du Dries à Forest. Il sera remis à la France d'ici quelques semaines.

D'autres suspects (dont des personnes interpellées avant les attentats de Bruxelles) dans des dossiers de terrorisme – les attentats de Paris et de Bruxelles, et les nouveaux projets d'attentats à Paris – comparaissent également en chambre du conseil. Leur détention est prolongée :

  • Yassine Attar, Mohamed B. et Aboubaker O. interpellés le 27 mars après des perquisitions menées à Malines, Bruxelles et Duffel (dossiers connexes)
  • Yassine Alami interpellé le 1er avril à Bruxelles (dossier Reda Kriket)

Mohamed Amri, Mohamed Bakkali et Zakaria Jaffal, interpellés en novembre et en janvier dans le dossier des attentats de Paris, voient aussi leur détention préventive prolongée d'un mois.

VENDREDI | 08 AVRIL 2016

Le suspect-clef des attentats de Paris et de Bruxelles, Mohamed Abrini, est arrêté place Albert à Anderlecht. Ses empreintes et son ADN avaient pu être identifiés dans les planques des rues Max Roos et Henri Bergé à Schaerbeek.

Ce Belgo-Marocain avait été vu en compagnie des deux frères Abdeslam dans les jours précédant les attentats du 13 novembre à Paris. Il les accompagne en voiture lorsqu'ils effectuent deux allers-retours entre Paris et Bruxelles pour louer des planques en région parisienne qui serviront au commando.

Le parquet fédéral précise que l'enquête se poursuit pour déterminer si Mohamed Abrini est l’homme au chapeau, autrement dit la troisième personne présente lors des attentats de Brussels Airport.

Cinq autres personnes sont interpellées le même jour :

  • Osama Krayem, interpellé en matinée à Bruxelles (Laeken), est le suspect aperçu avant l'explosion en compagnie du kamikaze de la station métro Maelbeek, Khalid El Bekraoui. Ce Suédois avait acheté dans le centre commercial City 2 les sacs qui ont servis pour les attentats du 22 mars à Brussels Airport. Son ADN avait été retrouvée dans l'appartement de la rue Max Roos. Il serait entré en Europe avec un faux passeport syrien au nom de Naïm Al Hamed, identité évoquée par plusieurs médias le jeudi 31 mars. Le parquet fédéral précise que c'est Salah Abdeslam qui avait pris en charge Osama Krayem en octobre 2015 à Ulm, en Allemagne, pour le ramener en Belgique
  • Hervé B.M., également interpellé en matinée à Bruxelles (Laeken). Aucune autre information n'est alors donnée par le parquet
  • Aucune information n'est donnée sur les deux derniers suspects, si ce n'est qu'ils ont été privés de liberté dans l'après-midi, "en même temps que" Mohamed Abrini
  • En soirée, Bilal El Makhoukhi (présenté par le parquet comme Bilal E. M.) est interpellé à Laeken et privé de liberté

En soirée, de nouvelles opérations de police sont menées :

  • À Laeken : la police scientifique passe plusieurs heures en deux endroits de la commune, le rez-de chaussée d'une habitation est expertisé, des dizaines de caisses sont emportées par les enquêteurs. Sont visés : le lieu de résidence de Hervé B.M., rue Tivoli, et le domicile de Bilal El Makhoukhi, rue des Palais
  • À Anderlecht : deux véhicules de déminages, deux ambulances, un véhicule des pompiers et de nombreux fourgons sont déployés chaussée de Mons. Le parquet confirmera que l'objectif était "le lieu de résidence possible" de Mohamed Abrini

SAMEDI | 09 AVRIL 2016

Le parquet fédéral confirme officiellement que Mohamed Abrini, arrêté la veille à Anderlecht, est bien le fameux "homme au chapeau" de l'aéroport de Bruxelles-National. Le suspect est en aveux.

"Il a été confronté aux résultats de diverses expertises et a reconnu sa présence lors des faits", annonce un communiqué. Abrini a précisé aux enquêteurs avoir "jeté sa veste dans une poubelle et revendu son chapeau ensuite".

Plus tôt dans l'après-midi, le parquet fédéral avait annoncé plusieurs inculpations :

  • Celle du même Mohamed Abrini, justement, dans le dossier des attentats de Paris du 13 novembre. Il est inculpé du chef de participation aux activités d’un groupe terroriste et d’assassinats terroristes
  • Osama Krayem, interpellé à Bruxelles le même jour qu'Abrini, est inculpé de participation aux activités d’un groupe terroriste et d’assassinats terroristes. Le parquet confirme officiellement qu'il s'agit de l'homme observé aux côtés de Khalid El Bakraoui avant l'attentat de Maelbeek
  • Hervé B.M., un Rwandais de 25 ans interpellé en même temps que Krayem, est inculpé de participation aux activités d’un groupe terroriste et de complicité d’assassinats terroristes
  • Bilal El Makhoukhi, lui aussi interpellé à Bruxelles le même vendredi, est inculpé de participation aux activités d’un groupe terroriste et de complicité d’assassinats terroristes. Il est soupçonné d’avoir aidé Abrini et Krayem

Les deux personnes qui avaient été interpellées en même temps que Abrini ont été remises en liberté après audition approfondie.

Une perquisition a par ailleurs été exécutée en matinée dans la rue des Casernes à Etterbeek, dans un appartement ayant pu être utilisé comme safe house. Elle s’est révélée négative.

Le parquet précise qu'aucune arme ou explosif n’ont été découverts lors de cette perquisition, ni lors des opérations de la veille à Anderlecht et Laeken.

DIMANCHE | 10 AVRIL 2016

Mohamed Abrini est également placé sous mandat d'arrêt dans un second dossier, celui cette fois des attentats de Bruxelles et de Zaventem : il est inculpé participation aux activités d'un groupe terroriste, d'assassinats terroristes et de tentatives d'assassinats terroristes.

Le parquet fédéral indique également que le projet de base des terroristes qui ont frappé la capitale belge était initialement de viser la France. L'avancée de l'enquête en Belgique a modifié leurs plans, dès lors réorientés vers Zaventem et la station Maelbeek. Ce sont les aveux d'Abrini qui auraient permis aux enquêteurs de tirer ces conclusions.

On apprend par ailleurs que les deux hommes qui ont commis l'attentat dans le métro bruxellois – Khalid El Bakraoui, et Osama Krayem (que l'on voit en sa compagnie avant l'explosion et qui a été interpellé le vendredi 8 avril à Laeken), sont bien partis de la planque rue des Casernes à Etterbeek perquisitionnée le samedi 9 avril, l'une des nombreuses caches utilisées par les terroristes. C'est Krayem qui aurait donné cette information aux enquêteurs.

LUNDI | 11 AVRIL 2016

Un enregistrement audio retrouvé par les enquêteurs dans l’ordinateur du kamikaze de Brussels Aiport, Ibrahim El Bakraoui, démontre que les terroristes des attentats de Bruxelles étaient en contact étroit avec des djihadistes présents en Syrie. Les attaques ont donc été commanditées et pilotées par le groupe terroriste État islamique basé en Syrie.

MARDI | 12 AVRIL 2016

Une nouvelle fratrie s'ajoute au dossier des attentats de Bruxelles : les frères Smaïl et Ibrahim Farisi. Sans préciser le jour de leur interpellation, le parquet fédéral annonce qu'ils ont été placés sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction en charge de cette enquête.

Ils sont considérés comme de possibles "auteurs, coauteurs ou complices" des frères El Bakraoui. Ils sont inculpés de participation aux activités d'un groupe terroriste, d'assassinats terroristes et de tentatives d'assassinats terroristes

Selon nos informations, Smaïl Farisi a loué l'appartement d'Etterbeek, rue des Casernes, d'où sont partis Khalid El Bakraoui et Osama Krayem. Son frère, Ibrahim, aurait lui aidé à nettoyer les lieux au lendemain des attaques.

De nouvelles perquisitions sont par ailleurs menées dans deux habitations de la rue de Stalle à Uccle. Trois personnes sont interpellées et emmenées pour audition.

MERCREDI | 13 AVRIL 2016

Les trois personnes interpellées rue de Stalle à Uccle le mardi 12 avril ont été remises en liberté après audition approfondie. Elles ne sont pas inculpées.

Le magazine de propagande du groupe terroriste État islamique, Dabiq, affirme que les frères El Bakraoui ont aussi joué un rôle important dans la préparation des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, avant de participer à ceux de Bruxelles. Leur rôle était de rassembler les armes explosifs.

Dabiq confirme également l'hypothèse des enquêteurs selon laquelle Najim Laachraoui, kamikaze à Brussels Airport, était bien l'artificier de la cellule djihadiste, aussi bien pour Paris que pour Bruxelles.

JEUDI | 14 AVRIL 2016

Six suspects comparaissent devant la chambre du conseil et voient tous leur détention prolongée d'un mois :

  • Mohamed Abrini
  • Osama Krayem
  • Bilal El Makhoukhi
  • Hervé B.M.
  • Smaïl Farisi
  • Ibrahim Farisi
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK