Attentats de Bruxelles: chronologie d'un mois sous tension

Ce vendredi, cela fera un mois que la Belgique était frappée par des attentats-suicides revendiqués par le groupe terroriste Etat islamique (EI). Bilan : 32 morts et 340 blessés, des Belges mais aussi de ressortissants étrangers d'une vingtaines de nationalités. A la date d'aujourd'hui, il reste 44 personnes hospitalisées, dont 24 toujours aux soins intensifs. Retour sur ces évènements tragiques, les plus meurtriers que la Belgique ait jamais connu.

15 mars 2016

Opérations policières à Forest : suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris, une perquisition se tourne à la fusillade. Un suspect, Mohammed Belkaid est abattu, mais deux autres prennent la fuite.

18 mars

Au terme d'une cavale de 125 jours, Salah Abdeslam est arrêté rue des Quatre Vents à Molenbeek. Il était recherché dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris. C'est lui qui avait loué en Belgique la Polo du Bataclan et une Clio, mais aussi réservé des chambres d'hôtel dans le cadre des attentats. Il était dans le 18e arrondissement de Paris le soir des attentats, là où la Clio a ensuite été retrouvée. Il aurait convoyé les kamikazes du Stade de France et aurait été chargé d'une attaque dans le 18e, évoquée dans la revendication de l'EI, mais qui n'a jamais eu lieu.

17 images
07H58 Double explosion à Zaventem © POOL ANTONY GEVAERT - BELGA
Le hall des départs est soufflé © POOL YORICK JANSENS - BELGA
L'aéroport est fermé, les vols détournés. © POOL YORICK JANSENS - BELGA

22 mars

  • 07H58 Double explosion à Zaventem: deux déflagrations soufflent le hall des départs de l'aéroport international de Bruxelles. Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui se font exploser près des comptoirs d'enregistrement de Brussels Airlines et d'American Airlines. Rapidement, la nouvelle se répand. La RTBF publie un premier article à 8H14.
  • peu avant 9H00 : la police fédérale parle d'au moins une personne morte et plusieurs autres blessées mais le bilan sera bien plus élevé. L'aéroport est fermé et il n'est plus desservi ni par train ni par bus.
  • peu après 09H00: l'alerte anti-terroriste passe à son niveau maximal, le niveau 4. L'ordre de fermer le métro de Bruxelles est pris par le ministre de l'Intérieur Jan Jambon à 8H50 mais n'arrive pas à la STIB, ce qui déclenchera une polémique ultérieure.
  • 09H11 Explosion dans la station de métro Maelbeek : une bombe explose dans une rame de métro à la station de métro Maelbeek, non loin des institutions européennes. C'est le frère d'Ibrahim, Khalid El Bakraoui qui déclenche la charge. On parle d'abord d'au moins une quinzaine de blessés mais là aussi le bilan sera plus lourd.
  • 10h30 : le centre de crise demande aux Bruxellois de cesser de circuler. Les transports publics sont interrompus. L'aéroport est fermé. Les vols à Brussels Airport sont déviés sur Liège et Charleroi. Police et armée renforcent la sécurité des centrales nucléaires.
  • 11H43 : le Premier ministre Charles Michel condamne les deux attentats "aveugles, violents et lâches".
  • peu après 16H00, les médias diffusent des images de suspects captées par vidéo-surveillance à l'aéroport: il s'agit de trois hommes poussant des chariots à bagages.
  • peu après 16H30, Aamaq, une agence en ligne liée au groupe État islamique (EI) indique la responsabilité de l'EI. L'organisation revendique officiellement les attentats peu après.
17 images
Le Roi appelle à la fermeté et au calme. © POOL ERIC HERSCHAFT - BELGA
Les réseaux aussi partage la douleur des Belges. © JOEL SAGET - AFP
Des hommages aux victimes de Bruxelles dans le monde entier, ici à Berlin. © ODD ANDERSEN - AFP
  • 17H15: trois bombes avaient été introduites à l'aéroport mais l'une d'elles n'a pas explosé, annonce le gouverneur provincial de Bruxelles.
  • 18H42: les deux bombes ayant explosé à l'aéroport ont "probablement" été activées par des kamikazes et la police recherche "activement" un troisième suspect, annonce le parquet fédéral belge.
  • 19H00 : le roi Philippe s'adresse au pays et exhorte la population à "continuer à répondre ensemble avec fermeté, calme et dignité". Le gouvernement décrète trois jours de deuil national. L'émotion est forte en Belgique et à l'étranger où les marques de soutien se multiplient.
  • 19H14: un engin explosif, des produits chimiques et un drapeau de l'EI sont découverts lors de perquisitions à Schaerbeek.

23 mars

L'enquête a démarré. La police cherche à identifier les trois suspects, des photos sont diffusées. On sait qu'ils sont arrivés en taxi à l'aéroport. Le lien avec les attentats de Paris commence à s'imposer.

L'aéroport de Bruxelles reste fermé. Des gares fermées la veille commencent à rouvrir, mais avec une seule porte d'accès strictement contrôlée, ce qui entraîne de longues files d'attente. Le réseau du métro n'est que partiellement exploité à des horaires limités.

L'émotion populaire reste vive, et les hommages aux victimes se multiplient place de la Bourse à Bruxelles, mais aussi à l'aéroport et à l'entrée du métro Maelbeek. Une minute de silence est respectée à midi en divers endroits à Bruxelles.

24 mars

Six suspects sont interpellés, mais certains seront relâchés comme Fayçal Cheffou le 28 mars.

25 mars

Les opérations et les interpellations se poursuivent. L'enquête révèle que les terroristes avaient au départ élaboré un scénario similaire à celui des attaques de Paris. Les attaques étaient censées être de plus grande ampleur encore avec des fusillades dans la foule qui auraient eu pour conséquence encore plus de victimes.

L'organisation terroriste Etat islamique (EI) publie deux vidéos de propagande dans lesquelles elle revendique les attentats. Deux djihadistes s'exprimant en français demandent aux autorités occidentales de retirer leurs forces de Syrie et d'Irak.

26 mars

Un témoignage bouleverse la Belgique : celui de Michel Visart, journaliste économique à la RTBF, venu témoigner sur le plateau du journal télévisé. Sa fille, Lauriane, est parmi les victimes de l'attentat au métro de Maelbeek. Il raconte comment il a vécu l'attente, et l'annonce du décès de sa fille. "C'est une souffrance que l'on ne peut pas décrire, que l'on partage à sa manière avec toutes les familles qui ont vécu cela, d'où qu'elles viennent.""J'ai énormément d'admiration pour les bénévoles de la Croix Rouge, pour les personnes du service d'identification, pour leur humanité et leur professionnalisme. Je tiens vraiment à leur rendre hommage, dans cette terrible épreuve ils nous ont aidés." "Lauriane avait des valeurs extrêmement fortes, qu'elle défendait avec beaucoup d'acharnement comme l'équité, la justice, la tolérance, l'égalité entre les sexes. Je ne suis pas naïf, je sais très bien qu'aujourd'hui la sécurité est indispensable. Mais je pense que si on construit des murs d'exclusion, si l'on cultive la haine, on va dans le mur"

27 mars

Une "marche contre la peur" est annulée pour des raisons de sécurité place de la Bourse à Bruxelles.

Les hommages aux victimes des attentats sont perturbés par des manifestants nationalistes place de la Monnaie. La police anti-émeutes fait usage de canons à eau pour disperser 300 manifestants vêtus de noir. Leurs slogans, "On est des hooligans", "On est chez nous", visent aussi le groupe jihadiste Etat islamique. Une dizaine de manifestants nationalistes sont interpellés. Le Premier ministre belge Charles Michel a "condamné fermement ces dérapages".

Treize nouvelles perquisitions sont été menées à Bruxelles et en Flandre. Quatre personnes sont placées en garde à vue. On recherche toujours "l'homme au chapeau" qui a déposé une bombe n'ayant pas explosé à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem aux côtés des deux kamikazes, Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui. Des arrestations ont lieu en Belgique mais aussi en France, en Italie et aux Pays-Bas.

1er avril

Une commission d'enquête parlementaire sur les attentats du 22 mars se met en place. Elle se rendra sur les lieux à l'aéroport de Bruxelles-National (Zaventem) et à la station métro de Maelbeek (Bruxelles) et entame ses travaux ce 22 avril.

8 avril 2016

Suite à un avis de recherche retraçant son itinéraire à pied entre Zaventem et Schaerbeek le 22 mars après les attentats, "l'homme au chapeau", le troisième suspect de Zaventem, est finalement identifié comme étant Mohamed Abrini, interpellé le 8 avril à Anderlecht. Il passe aux aveux et est inculpé. Osama Krayem est également interpellé à Laeken. Ce Suédois de 23 ans était encore en Syrie en janvier 2015, selon sa propre page Facebook. Interpellé en compagnie du rwandais Hervé B.M. Osama Krayem est connu sous le faux nom de "Naïm Al Hamed". Il est inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste et d'assassinats terroristes : c'est le deuxième homme visible sur les images de vidéo-surveillance du métro bruxellois en compagnie de l'auteur de l'attentat à la station Maelbeek, Khalid El Bakraoui. Les deux hommes avaient été filmés en train d'échanger quelques mots à la station de métro Pétillon, peu avant l'explosion à Maelbeek. Ce serait Osama Krayem qui aurait acheté, au centre commercial City 2 à Bruxelles, les sacs ayant servi au transport des bombes de l'aéroport. L'enquête avance.

10 avril

L'enquête établit que les kamikazes s'étaient scindés en deux groupes, partant chacun d'une planque distincte. Les kamikazes de l'aéroport sont partis de l'appartement de la rue Max Roos à Schaerbeek. Les deux hommes du métro Maelbeek sont quant à eux partis de la planque d'Etterbeek.

12 avril

Trois personnes, dont au moins deux hommes, sont été interpellées à Uccle.

19 avril

Osama Krayem, le deuxième terroriste présumé de l'attentat à la station de métro Maelbeek, est inculpé pour les attentats à Paris. Le Suédois de 23 ans avait déjà été inculpé pour les attentats de Bruxelles.

21 avril

En un mois, plus de 100 perquisitions ont été menées. Six personnes sont inculpées d’assassinats terroristes et placées en détention préventive. Tous les terroristes identifiés sont en prison ou morts en kamikaze. Mais l'enquête continue...

17 images
Hommage à la Bourse. © PHILIPPE HUGUEN - AFP
Hommage à la Bourse. © FILIP DE SMET - BELGA
Attentats de Bruxelles: chronologie d'un mois sous tension © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK