UE: les cinéastes européens s'inquiètent du marché unique numérique

UE: les cinéastes européens s'inquiètent du marché unique numérique
UE: les cinéastes européens s'inquiètent du marché unique numérique - © Sailko

Le marché unique du numérique est l'une des priorités de la Commission présidée par Jean-Claude Juncker. L'idée est de faire tomber les frontières qui cloisonnent encore trop souvent l'économie numérique en Europe et de doper ainsi la croissance. Mais c'est une idée qui ne plait pas aux cinéastes européens qui craignent pour leurs droits d'auteur.

Les cinéastes ont exposé leur inquiétude au Parlement européen à propos du marché unique numérique ce mercredi. Parmi les mesures envisagées, il y a une réforme de la règlementation du droit d'auteur. Aujourd'hui, les droits d'auteur se négocient par pays. Les producteurs vont les négocier auprès des distributeurs de chaque pays où le film est diffusé.

Ce qu'ils craignent, c'est que demain, il n'y ait qu'un intermédiaire pour négocier ces droits d'auteur sur tout le territoire européen. Pour le monde du cinéma, ce qui a priori semble une bonne idée, aurait comme conséquence directe une diminution de leur source de financement et cela pourrait hypothéquer la réalisation d’œuvres plus pointues et mettrait en difficulté le fameux cinéma d'auteur européen.

Moins d'argent pour faire les films mènerait à une offre de films nettement réduite par rapport à ce qui existe aujourd'hui. Les cinéastes européens comme Costa Gavras redoutent que cela ne profite alors au géant de l'industrie du cinéma que sont les États-Unis : "On verra les productions nationales s'affaiblir et les grands groupes entrer de plus en plus dans la production et produire ou acheter des œuvres qui leur paraissent populaires. Ce sera une sorte de décrépitude de l'art cinématographique et audiovisuel plus largement. Et ils vont imposer une sorte de monoculture et essentiellement présenter des films américains".

La Commission européenne se défend en expliquant que ces critiques sont prématurées. La Commission soutient que les cinéastes ont tort de s'inquiéter et que les propositions qui seront mises sur la table permettront d'assurer un juste équilibre entre les intérêts des créateurs et ceux des consommateurs. Ces mesures devraient faciliter l'accès à la culture et favoriser la diversité culturelle. On en saura plus le six mai prochain quand la Commission présentera officiellement sa stratégie numérique européenne.

O. Hanrion, A. Debatis

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK