Retour sur le parcours de Herman Van Rompuy en fin de mandat

Cinq ans, c’est le temps passé par Herman Van Rompuy à la présidence du Conseil européen. C’est lui qui a inauguré la fonction créée par le traité de Lisbonne. C’est lui aussi qui en a dessiné les contours.

L’homme en est convaincu, pour jouer pleinement le rôle de président du Conseil européen, il faut mettre son ego de côté et sa diplomatie au service de l’Union et des capitales.

En d’autres termes, jouer au facilitateur. Un mot que Herman Van Rompuy aime utiliser pour qualifier sa fonction. Un rôle de l’ombre parce que, dit-il, "l’Europe, ce mélange étrange de communautaire et d’intergouvernemental, doit être défendue par les leaders dans leurs pays parce que ce sont eux qui détiennent la légitimité démocratique". Une approche qu’on lui a reprochée en faisant de lui un homme soumis à la volonté de Paris et Berlin.

Herman Van Rompuy quitte la présidence du Conseil européen après deux mandats passés à arpenter les capitales européennes à la recherche de compromis, à préparer les sommets européens. Cinq années caractérisées par une crise économique, mais aussi identitaire.

Il en sort satisfait du travail accompli malgré les imperfections liées à la construction européenne, et se plaît à rappeler qu’il y a quelques mois encore, les observateurs pariaient sur la fin de l’Euro.

RTBF avec le soutien de Euranet Plus, le réseau des radios européennes

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK