Quelque 150 personnes pour dénoncer l'opération européenne Mos Maiorum

Illustration - Les manifestants dénoncent la politique migratoire européenne "qui provoque la mort de milliers de personnes en Méditerranée chaque année".
Illustration - Les manifestants dénoncent la politique migratoire européenne "qui provoque la mort de milliers de personnes en Méditerranée chaque année". - © Flickr noborder network

Cent cinquante personnes ont manifesté ce mercredi devant la Gare Centrale de Bruxelles pour dénoncer l'opération policière européenne Mos Maiorum. Selon eux, cette opération se déroulant du 13 au 26 octobre dans tout l'espace Schengen contre l'immigration illégale, s'apparente à une véritable chasse aux sans-papiers. Les manifestants ont également dénoncé la traque quotidienne dont sont victimes les sans-papiers dans les transports publics, les lieux de travail et les écoles.

Les manifestants ont répondu à l'appel de plusieurs associations et collectifs de sans-papiers et se sont rassemblés à 16h00 devant la Gare Centrale de Bruxelles. Ils y ont dénoncé l'opération policière Mos Maiorum- en référence au concept romain de Mœurs des anciens- qui a lieu du 13 au 26 octobre dans plusieurs pays de l'Union européenne.

Durant deux semaines, environ 18.000 policiers en coopération avec Frontex, l'agence européenne pour la sécurité et les frontières extérieures de l'Union européenne contrôlent et arrêtent des centaines de sans-papiers, ont expliqué les manifestants. L'objectif de cette action est, selon eux, de récolter des informations sur les routes migratoires et d'arrêter le plus de gens possible afin de renforcer la politique migratoire européenne "criminelle, inhumaine et insensée", qui provoque la mort de milliers de personnes en Méditerranée chaque année.

Les manifestants ont enfin rappelé que ce qu'ils estiment être des rafles organisées dans le cadre de Mos Maiorum, évoquaient les épisodes les plus honteux de l'histoire européenne.

Belga / RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK