Ph. Lamberts, Ecolo: "Dire que la Grèce paiera sa dette est irresponsable"

Philippe Lamberts, eurodéputé Ecolo
Philippe Lamberts, eurodéputé Ecolo - © RTBF

Le député européen du groupe des Verts Philippe Lamberts ne voit pas d'autre issue que la renégociation de la dette grecque. "La sortie de la Grèce de la zone euro est une voie absolument sans issue", déclare-t-il à la RTBF.

Pour l’eurodéputé Ecolo Philippe Lamberts, l’accord de cessez-le-feu conclu ces dernières heures au sujet de l’Ukraine est sans aucun doute une victoire pour Vladimir Poutine "puisqu’il a joué la force armée et ça paie. Depuis le début, les Européens étaient résolus depuis le début à ne pas aller au conflit militaire. Et je partage ce point de vue. Dès lors, il faut négocier. Et quand on négocie, on fait forcément des concessions, parmi lesquelles principalement cette autonomie de l’est de l’Ukraine conquise par les armes. Remarquez que l’annexion de la Crimée est considérée comme un fait accepté".

Philippe Lamberts se réjouit par ailleurs qu’on avance "enfin" dans le dossier de la Grèce : "Après les élections et la mise en place du gouvernement Tsipras, on a perdu deux précieuses semaines, il y a eu énormément de gesticulations et de phrases malheureuses de part et d’autre, qui ont un peu pourri l’atmosphère. Le sommet de jeudi a permis de calmer le jeu". Selon son analyse, la réunion de l’Eurogroupe qui se tiendra lundi permettra de trouver "des solutions concrètes pour donner un ballon d’oxygène à la Grèce avant une renégociation de sa dette".

"Gesticulations inutiles"

"Ceux qui affirment que la dette grecque est soutenable croient au Père Noël. Donc, il va falloir la réaménager. En contrepartie, il faudra que la Grèce accepte de prendre des engagements contraignants. Il va falloir habiller la chose de manière à ce que personne ne perde la face", poursuit-il.

Le ministre belge des Finances Johan Van Overtveldt a clairement affirmé que la Grèce devrait honorer tous ses engagements : "Ce sont des gesticulations tout à fait inutiles et symboliques. Ceux qui disent que la Grèce paiera sont aussi irresponsables que ceux qui disaient après le premier conflit mondial que l’Allemagne paierait. Finalement, l’Allemagne n’a pas payé, mais l’insistance des Européens à la faire payer a produit le deuxième conflit mondial. Aujourd’hui, on ne va pas vers un conflit mondial, mais il y a un déni de la réalité. Je voudrais bien que le sens des réalités prenne le dessus sur la musculation à trois balles". Pour Philippe Lamberts, "la sortie de la Grèce de la zone euro est une voie absolument sans issue".

Coprésidence

Pour l’élection de la prochaine coprésidence à la tête de son parti, Philippe Lamberts vote sans hésiter pour le couple Zakia Khattabi-Patrick Dupriez : "Je crois qu’ils peuvent incarner un renouveau d’Ecolo et donc je les soutiens".

A.L. avec B. Henne

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK